La communauté de Saint-Boniface s’est réunie pour la troisième fois le 2 octobre afin de discuter des rénovations à apporter à la Cathédrale de Saint-Boniface.

 

LA LIBERTÉ
Les participants à la troisième rencontre pour le Renouveau de la Cathédrale ont discuté par tables des priorités de rénovations.

 

Le projet de Renouveau de la Cathédrale de Saint-Boniface, d’un coût total de plus de 6 millions $, avance. Alors que la phase un, qui consiste en le remplacement du toit et du grand vitrail, ainsi que la stabilisation des murs anciens est en cours et sera terminée d’ici le printemps 2013, l’heure est à la planification de la phase deux des travaux, c’est-à-dire l’intérieur.

La coordonnatrice du projet de Renouveau de la Cathédrale de Saint-Boniface, Julie Turenne-Maynard, avait donc invité le 2 octobre dernier la communauté, paroissiale comme géographique, à se réunir pour discuter ensemble des priorités de rénovations. C’était la troisième rencontre du genre autour de ce projet, et une cinquantaine de personnes étaient présentes.

La paroissienne sœur Berthe O’Reilly s’est dite « estomaquée du manque d’entretien au sous-sol. Les salles ne sont pas attrayantes pour ceux qui y vont, et la cuisine ne permet pas de faire des soupers paroissiaux qui unissent la communauté. Il n’y a pas de priorités, tout est à refaire ».

C’était la première fois qu’elle participait à une telle rencontre. De même, la paroissienne Annette Saint-Pierre était aussi à la table pour la première fois. Pour sa part, c’est plutôt l’intérieur de la nef qui lui a soufflé des idées de rénovations.

« Il faudrait refaire le système d’éclairage car cette Cathédrale est trop sombre, déplore-t-elle. Je voudrais aussi qu’on installe un vrai orgue, car on est quand même dans une cathédrale. Enfin, le trône de Monseigneur en plexiglas, ce n’est pas beau! L’ancien trône de Monseigneur Langevin est dans la sacristie. Ce serait bien de le retaper. »

« Je ne suis pas membre de la paroisse de la Cathédrale, mais j’ai participé à toutes les sessions car la Cathédrale de Saint-Boniface est importante pour toute la ville, affirme quant à lui le résidant de Saint-Boniface, Walter Kleinschmit. C’est beaucoup plus que l’affaire du diocèse. La Cathédrale a toujours fait partie de ma vie et de la communauté. C’est un des premiers lieux où je suis allé quand je suis arrivé au Canada, en 1954. »

Or, il estime qu’il y manque « un certain sens de bienvenue, d’ouverture vers l’extérieur. Par exemple, la signalisation est mauvaise, extérieure comme intérieure. La Cathédrale est encore trop locale, il faudrait la rendre globale ».

De même, le résidant Pierre Meunier estime que « la Cathédrale est un symbole de la survivance du français et de la résilience de la communauté ». Pour préserver cette charge historique, il préconise donc « une restauration, plutôt qu’une rénovation ».

D’ailleurs, le président de l’entreprise Scatliff, Miller & Murray qui travaille sur le redévelop­pement à long terme des berges de Winnipeg, Michael Scatliff, était présent pour parler des projets de sa firme et de comment celle-ci voyait un lien entre le renouveau de la Cathédrale de Saint-Boniface et le redéveloppement des berges.

« La Cathédrale est située le long de la rivière Rouge et elle peut être une ancre pour le centre-ville, affirme-t-il. Avec le Musée canadien des droits de la personne, des milliers de gens pourraient vouloir traverser le pont et aller voir la Cathédrale si on les y attire par de belles berges. »

« On est en train de développer tout un circuit autour de La Fourche et des berges incluant, du côté de Saint-Boniface, la Cathédrale comme site iconique majeur qui va attirer les gens à Saint-Boniface », explique Julie Turenne-Maynard.

« Je suis contente d’avoir vu l’état de la Cathédrale, conclut sœur Berthe O’Reilly. Ça me montre à quel point il est important de s’impliquer dans un tel projet, et j’aime l’idée de voir la Cathédrale dans un ensemble plus grand. » Annette Saint-Pierre renchérit que « le voir permet de mieux comprendre la grosse somme d’argent qui doit être collectée pour réaliser ces rénovations! »

Les résultats de cette troisième consultation seront compilés par Julie Turenne-Maynard dans les jours à venir.

 

par Camille HARPER-SÉGUY
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici