Par Pierre Meunier

Voici mes 10 coups de  cœur parmi les concerts et spectacles de la saison 2012-2013 auxquels j’ai assisté, sachant que j’en ai manqué plusieurs. Ces choix reflètent mes préférences et sont évidemment très subjectifs. Je vous invite à partager vos propres coups de cœur sur le site du journal La Liberté ou sur mon groupe Facebook .

10- Les découvertes de la saison 2012-2013

Commençons par le coup de cœur des découvertes de la saison. La superbe pianiste russe de 25 ans Natasha Paremski a brillé par sa beauté et surtout l’excellence de son jeu lors du premier concert de l’OSW, les 21 et 22 septembre, en remplacement de Yuja Wang, qui avait annulé une troisième fois un engagement avec l’OSW.
Les 10 et 11 novembre, le jeune chef Joshua Weilerstein, 25 ans et la pianiste Beatrice Rana, 19 ans, ont donné un des meilleurs concerts de la saison en commémoration du 200e anniversaire de l’arrivée des colons de Selkirk à Winnipeg.
Le jeune pianiste aveugle d’origine japonaise Nobuyuki Tsujii a fortement impressionné à ses débuts à l’Orchestre symphonique de Winnipeg dans le Concerto pour piano no. 3 en do majeur, op. 26 de Serge Prokofiev, les 18 et 19 janvier.
Le 28 avril, Isabelle Demers organiste, a fait ses débuts à Winnipeg. Une artiste extraordinaire qui à 30 ans est déjà reconnue internationalement comme l’une des meilleures organistes de l’heure.
Q Dance, dirigé par le jeune chorégraphe Peter Quanz, a continué d’innover avec deux nouvelles créations, Pomme et Untitled. Quanz explore les émotions profondes de l’être à travers le mouvement.

9- Aïda au Manitoba Opera

Pour cette production de l’opéra Aïda de Verdi, le Manitoba Opera n’a pas cherché à imiter les productions spectaculaires des grandes maisons d’opéra, qui disposent de moyens qu’il n’a pas. Cette production simplifiée a permis de mieux saisir le drame vécu par les personnages. Ce fut une belle réussite.

 

8- Le Messie à l’OSW

Invité à diriger le traditionnel Messie de Handel le 15 décembre, le chef réputé Yvars Taurins, associé au célèbre ensemble Tafelwusik depuis sa fondation, en a donné une interprétation très raffinée, la plus belle depuis que l’OSW a repris la tradition de présenter cette oeuvre quelques semaines avant Noël.

  •  

7- Retour de Carlos Miguel Prieto à l’OSW

Nous espérions le retour du jeune chef Carlos Miguel Prieto depuis ses débuts remarqués en janvier 2011. Les 1 et 2 mars, il a dirigé le plus beau concert de la dernière saison de l’OSW, dans un programme aux couleurs hongroises dont les oeuvres principales étaient Deux Rhapsodies pour violon et orchestre de Béla Bartók, interprétées par la violoniste canadienne Erika Raum et la très belle Symphonie No. 3 en fa majeur de Johannes Brahms. Il a régalé l’auditoire en rappel avec une exécution électrisante de la Danse hongroise no 5 en fa mineur de Brahms.

6- Vespro della Beata Virgine à Camerata Nova

Camerata a relevé avec succès le grand défi de présenter pour la première fois à Winnipeg la version intégrale de Vespro della Beata Virgine (Vêpres de 1610) de Claudio Monteverdi, la plus grande oeuvre musicale de l’Occident chrétien avant Bach. Sous la direction de Ross Brownlee, les 20 chanteurs et 13 musiciens, jouant d’instruments d’époque, ont donné une superbe interprétation de ce chef-d’oeuvre de la polyphonie.

5- Colin Carr au MCO et au Festival Agassiz

La fin de la saison a été marquée par le violoncelliste Colin Carr. Invité à diriger le dernier concert du MCO le 5 juin, Carr s’est intégré à l’orchestre pour animer un des plus beaux concerts du MCO de la saison, exécutant avec une grande virtuosité le Concerto no 7 en sol majeur pour violoncelle et orchestre de Boccherini. Il a ensuite tout donné dans une brillante interprétation de la Sonate pour violoncelle seul, op. 8 de Zoltán Kodály, une oeuvre réputée comme l’une des plus difficiles du répertoire pour violoncelle, au concert d’ouverture du Festival Agassiz, le 8 juin 2013.

 

4- Suzie LeBlanc et DanielTaylor au MCO

Des voix superbes se mariant parfaitement, de belles personnes au caractère charmant, des interprètes exceptionnels du répertoire baroque, le duo LeBlanc Taylor nous a émerveillés par un beau répertoire de chants d’amour. Récemment revenue sur scène après une absence de plusieurs mois, Mme LeBlanc était en beauté, radieuse et en grande forme. C’était le 14 mai 2013.

 

3- Marc André Hamelin au MCO

Marc-André Hamelin est un habitué du MCO. Le 9 janvier, il a donné un concert éblouissant, particulièrement dans le Concerto pour piano no 1 de Chostakovitch, pour piano, orchestre à cordes et trompette. Le dernier mouvement, où le piano et la trompette se chamaillent, a été électrisant, le trompettiste Guy Few jouant avec beaucoup de virtuosité. Hamelin a eu le dernier mot en rappel, avec une brillante improvisation humoristique sur Fantaisie impromptu de Frédérik Chopin.

 

2- Janina Fialkowska au MCO

La pianiste Janina Fialkowska était à Winnipeg les 19 et 20 février pour un concert et un récital au bénéfice du Manitoba Chamber Orchestra. Le concert fut un grand succès, mais mon coup de  cœur  est pour le récital du lendemain, présenté dans l’ambiance intime du salon Provencher de l’Hôtel Fort Garry. Madame Fialkowska a joué des oeuvres de Schubert et Chopin, qu’elle a présentées avec simplicité en mettant l’accent sur la relation très particulière qu’elle entretient avec ces compositeurs qu’elle connaît si bien qu’elle en parle comme de ses amis. Une amitié partagée avec l’assistance par de sublimes interprétations d’une exceptionnelle musicalité.

 

1- A Small Prayer (Une petite prière), par Evelyn Glennie

Evelyn Glennie était la soliste des deux concerts de clôture du Festival de musique nouvelle de l’OSW, les 1 et 2 février. Sourde depuis l’âge de 12 ans, cette musicienne unique en son genre réussit à faire de la musique avec toute matière qu’elle peut faire vibrer en la frottant ou en la frappant. Vincent Ho lui a demandé de jouer sa composition pour marimba A Little Prayer pour conclure son oeuvre From Darkness to Light: A Spiritual Journey, dont elle était la soliste. Mme Glennie nous a fait pénétrer son univers intérieur pour vivre avec elle un moment de grâce inoubliable, lorsque la musique a transcendé le temporel pour nous entraîner dans les plus hautes sphères de l’univers spirituel. Elle a uni l’ensemble de l’auditoire dans un profond silence presque mystique qui s’est prolongé pendant de longues minutes après la dernière note.

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici