Les Choralies triennales de Vaison-la-Romaine permettent de découvrir un nouveau répertoire et de prendre le pouls de l’évolution du chant choral dans le monde. Plusieurs nouvelles oeuvres de tout genre y sont présentées ou mêmes créées, dans des ateliers ou en concert.

Le Choeur des Cigales de Lyon. Gracieuseté Pierre Meunier.
Le choeur des Cigales de Lyon. Gracieuseté Pierre Meunier.

Deux oeuvres récentes m’ont particulièrement impressionné : Light Mass, pour choeur mixte et quatuor de jazz, du compositeur lituanien Vytautas Miškinis, et Requiem pour le Titanic, du compositeur canadien Donald Patriquin, qui était chanté en première européenne.

Light Mass est une oeuvre de musique sacrée aux couleurs métissées du jazz et de la musique classique. Elle a été commandée à Miškinis  par la Fédération Internationale pour la Musique Chorale dans le cadre du 8e Symposium Mondial tenu à Copenhague en été 2008. Elle comprend toutes les parties de la messe (Kyie, Gloria, Credo, Sanctus, Benedictus et Agnus Dei). Chantée en latin, elle pourrait être interprétée dans un cadre liturgique et devrait plaire autant à ceux qui apprécient la musique sacrée traditionnelle que ceux qui souhaitent une musique plus moderne et rythmée. Elle a été magnifiquement interprétée par le choeur Polyphène, de Lyon, sous la direction d’Anne-Marie Cabut.

Le renommé chef américain Brady R. Allred a dirigé un atelier qui a présenté un concert construit avec beaucoup de sensibilité sur la base du Requiem pour le Titanic.  Cette pièce a été composée par Patriquin pour le centenaire du naufrage du Titanic en 2012. C’est une oeuvre d’une grande intensité spirituelle et émotive, qui se termine par une saisissante évocation du navire sombrant dans les profondeurs de la mer. Allred a enchaîné sans pause avec le poème In Remembrance, de la canadienne Eleanor Daley (Do not stand on my grave and weep…) et conclu, toujours sans pause, par Suo-Gan, une berceuse  traditionnelle écossaise (Viens à moi, enfant bien-aimé, ferme les yeux…) selon un arrangement de Mack Wilberg. Cela constituait une émouvante suite sur la mort et l’espérance de la vie éternelle.

On a constaté une tendance marquée vers la présentation de concerts aux répertoires éclectiques, mêlant les styles et les genres. Le déroulement des concerts est plus dynamique, avec des mouvements de choeur, de la gestuelle et de la danse. Le choeur municipal Oreya de la ville de Zhytomir, en Ukraine, a donné le ton de cette tendance dès la soirée d’ouverture au Théâtre antique, avec un spectacle éblouissant d’une qualité musicale exceptionnelle. La mise en scène était bien adaptée à chaque pièce.  Le répertoire très varié comprenait des oeuvres sacrées, des chansons folkloriques, des arrangements vocaux de pièces instrumentales, dont une interprétation hilarante du Vol du bourdon, de Rimsky Korsakov, et de la musique moderne.

Le Choeur National des Jeunes de France et le Choeur suisse des jeunes, dont les membres ont entre 18 et 30 ans, ont également présenté des spectacles divertissants, se rapprochant parfois du genre comédie musicale. Ces jeunes, aux voix bien formées, peuvent aussi interpréter des oeuvres du répertoire classique, comme  des cycles de Lieders de Brahms qu’ils ont présenté conjointement dans un concert traditionnel. Oui, il est encore possible d’intéresser des jeunes au chant choral en leur proposant un répertoire qui les rejoint dans leur culture moderne et en les invitant aussi à explorer l’univers musical d’autres cultures ou d’autres époques.

Le chant choral est un excellent moyen d’apprentissage de la musique pour les enfants. Le spectacle de clôture avec les enfants du choeur basque espagnol Leioa Kantika Korala, du choeur La Cigale de Lyon, et de l’atelier des enfants a ébahi l’auditoire. Ces enfants âgés de 8 à 18 ans ont chanté et dansé avec une belle assurance et une joie débordante qu’ont su leur communiquer les chefs Anne-Marie Cabut, de France, Maria Guinand, du Vénézuela et Basilio Astúlez, d’Espagne. Ces chefs ont réussi à transformer le chant choral en un grand jeu collectif qui permet aux enfants d’apprendre en s’amusant et en bougeant, et à faire de la très belle musique.

Par Pierre Meunier

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici