La première du ballet Roméo et Juliette de Prokofiev par le Ballet royal de Winnipeg (RWB) a eu lieu le 12 février 2014. C’est une superbe production qui raconte, avec clarté, souffle et beaucoup d’émotion, l’histoire des célèbres jeunes amoureux de Vérone dont la mort tragique permet de réconcilier leurs familles ennemies.

Amanda Green et Liang Xing dans les rôles de Roméo et Juliette.
Amanda Green et Liang Xing dans les rôles de Roméo et Juliette.

Pour la première, les rôles de Roméo et Juliette étaient interprétés par Amanda Green, première danseuse du RWB et Liang Xing, premier danseur du Ballet national de Chine à Pékin, danseur invité pour la saison 2013-2014.

Ils ont dansé comme de véritables amoureux. Leurs pas de deux étaient empreints d’une tendresse et d’une intensité émotive qui se dégageait de chaque pas, de chaque geste et de chaque regard. Leurs solos ont aussi été remarquables. Amanda Green a effectué des pas sur pointes (en avançant ou en reculant rapidement en ligne droite) avec une légèreté et une expressivité admirables. Liang Xing a, pour sa part, exécuté des sauts impressionnants, démontrant de belles qualités athlétiques. Ils étaient entourés de solistes qui ont tous été excellents. Egor Zdor (Tybalt, ami de Juliette) et Dmitri Dovgoselets (Mercurio, ami de Roméo) ont été brillants dans la scène de leur combat à l’épée. Le corps de ballet a exécuté les mouvements de groupe avec dans un bel ensemble et avec précision.

La chorégraphie de Rudi van Dantzig, datant de 1967 et adoptée par le RWB en 1981, permet de suivre facilement le récit. Il n’est pas nécessaire d’avoir une grande connaissance du langage du ballet classique pour comprendre les situations, les dialogues et les sentiments. Les tableaux de foule et de combat sont vivants et précis. Quelques pointes d’humour bien placées viennent agrémenter le spectacle et ajouter de l’authenticité à l’histoire.

Jusqu’au 16 février

La musique, interprétée par l’Orchestre symphonique de Winnipeg sous la direction de Tadeusz Biernacki, supporte l’action avec une grande précision rythmique et émotionnelle. L’orchestre sonne très bien. Les quelques citations de Wagner sont jouées avec des couleurs sombres et intenses. Les solos de harpe sont de toute beauté.

Le tout se déroule dans le décor et avec les costumes conçus par Toer van Schayk en 1981. L’éclairage était parfait, créant les atmosphères propres à chaque tableau. Élément cocasse, les rideaux suspendus devant la fenêtre de la chambre de Juliette se mettent à balancer lorsque Roméo ou Juliette tentent de les fermer et continuent d’osciller pendant quelques minutes, semblant dire aux jeunes amoureux qu’ils n’ont pas encore droit à leur intimité… Les costumes sont de belles factures et permettent de bien distinguer les membres des maisons de Capulet et de Montagu, selon leur hiérarchie.

Ce superbe spectacle est à l’affiche jusqu’au 16 février à la Salle du Centenaire de Winnipeg. Les rôles de Roméo et Juliette seront de nouveau dansés par Amanda Green et Liang Xing le 15 février, par Sophia Lee et Artjom Maksakov les 13 et 16 février et par Elizabeth Lamont et Dmitri Dovgoselets le 16 février.

Pierre Meunier
Plus d’informations sur les réservations sur le site du Ballet Royal de Winnipeg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici