Crédit photo : Marco Borggreve

Le 14 septembre 2018, l’Orchestre symphonique de Winnipeg a présenté son prochain directeur musical, le chef réputé d’origine russe Daniel Raiskin, qui entrera en fonction le 1er août 2018, pour un contrat d’une durée initiale de quatre ans.

par Pierre MEUNIER

L’O.S.W. a choisi M. Raiskin après un long processus de sélection au cours duquel plus d’une dizaine de chefs ont été invités à auditionner en dirigeant un concert de la série classique.

La première prestation de Daniel Raiskin avait eu lieu le 14 février 2015, et il avait fortement impressionné par sa sensibilité et sa musicalité dans un programme de musique romantique pour célébrer la Saint-Valentin.

En sélectionnant Daniel Raiskin, l’O.S.W. a opté pour l’expérience et la maturité de préférence à la jeunesse. Un choix qui n’était pas facile car les jeunes chefs qui se sont retrouvés parmi les finalistes sont très talentueux et ont un brillant avenir devant eux.

Plusieurs orchestres du Canada et des États-Unis ont donné leur chance à de jeunes chefs au cours des dernières années, dans un courant qualifié de “jeunisme”, qui ont apporté un vent de fraîcheur sur la scène de la musique classique.

Les étoiles les plus brillantes de ce courant sont sans contredit le québécois Yannick-Nézet Séguin, maintenant âgé de 42 ans, et le vénézuélien Gustavo Dudamel, 37 ans.

Mais après avoir été dirigé pendant douze ans par Alexander Wickelthwate, un jeune chef charismatique, d’un charme séduisant et communicateur exceptionnel qui a largement contribué à accroître la popularité de l’orchestre et à stabiliser son bilan financier, l’O.S.W. avait maintenant besoin d’un chef expérimenté et dédié avant tout à la musique.

Cet orchestre est formé d’excellents musiciens très polyvalents, qui peuvent donner des prestations musicales de la plus grande qualité, comme ils l’ont démontré à plusieurs reprises sous la direction des chefs invités à auditionner au cours du processus de sélection.

Daniel Raiskin a une expérience et une maturité musicale qui devraient lui permettre d’amener l’orchestre au niveau d’excellence dont il a le potentiel et sa nomination a été très bien accueillie par les musiciens.

Né en 1970, il a grandi à Saint-Pétersbourg, capitale culturelle de la Russie, dans les dernières années de l’ère soviétique. Son père est un éminent musicologue.

Il a étudié le violon, l’alto et la direction au célèbre conservatoire de Saint-Pétersbourg. À l’âge de 20 ans, il a quitté l’Union soviétique pour poursuivre ses études à Amsterdam et à Fribourg.
Le professeur émérite Lev Savich l’a persuadé de se dédier à la direction et il est maintenant reconnu comme l’un des chefs les plus doués de sa génération.

Maîtrisant un très vaste répertoire, il est très actif comme chef invité, principalement en Europe, en Asie et en Amérique Latine. Il a été récemment nommé chef invité principal de l’Orchestre symphonique de Tenerife, Espagne, et de l’Orchestre philharmonique de Belgrade.

Il est aussi partenaire artistique du réputé orchestre de chambre les Cordes de St. Michel, de Mikkeli en Finlande.
De 2005 à 2016 il a été le directeur musical du Staatsorchester Rheinische Philharmonie de Koblenz, en Allemagne, et de l’Arthur Rubinstein Philharmonic Orchestra de Lódz, en Pologne, de 2008 à 2015.

Daniel Raiskin est entièrement dédié à la musique. Il exprime beaucoup d’admiration et de respect pour les musiciens, qu’il considère comme des messagers de paix et d’unité dans un monde aujourd’hui très divisé.
Pour lui, la musique classique est le seul langage qui peut être compris par tout être humain et qui peut toucher, émouvoir et élever l’esprit de tous ceux qui s’abandonnent à écouter.

Nul besoin de formation ou de connaissances particulières pour apprécier la musique, il suffit de se laisser émerveiller par sa beauté. Les orchestres peuvent contribuer à apporter l’harmonie là où règne la discorde, à attendrir les cœurs les plus endurcis, à redonner espoir aux désespérés.

L’orchestre est le meilleur exemple du pouvoir d’unification de la musique, lorsque des dizaines de musiciens acceptent de mettre de côté leur égo et de suivre inconditionnellement une partition telle qu’elle est écrite par le compositeur et interprétée par le chef.

La musique atteint son paroxysme de beauté et de transcendance lorsque tous jouent dans une parfaite unité de souffle et d’émotion.

M. Raiskin considère qu’il est très important que la musique soit diffusée à l’extérieur des salles de concert et que les orchestres se déplacent pour atteindre de nouveaux auditoires. Il a l’intention de poursuivre et d’intensifier la présence de l’OSW dans la cité, en donnant des concerts dans les parcs, les écoles, les milieux défavorisés.

Il rêve d’un orchestre qui atteindra un niveau d’excellence qui lui permettra de rayonner au-delà des frontières du Manitoba. Il continuera d’être actif comme chef invité à travers le monde.
Travailler avec d’autres orchestres augmente sa compétence et sera bénéfique pour l’OSW. Cela lui permettra aussi de faire connaître l’orchestre partout où il ira.

Il souhaite également faire venir des chefs invités afin que les musiciens puissent progresser en vivant de nouvelles expériences. Ces chefs pourront apprécier les qualités de l’orchestre et en témoigner à l’étranger.

Même si l’industrie du disque est en déclin et ne constitue plus une source de revenu importante pour les orchestres, il profitera des nouvelles technologies pour réaliser des enregistrements qui deviendront des cartes de visite pour l’orchestre.

Il aimerait bien amener l’orchestre en tournée, d’abord au Canada et en Amérique, et éventuellement en Europe.

Bien qu’il entre en fonction dès le 1 août 2018, le programme de la prochaine saison ayant été établi avant son engagement, ce n’est qu’à compter de la saison 2019-2020 qu’on sera en mesure de sentir pleinement l’impact du nouveau chef sur l’orchestre.

Nous pourrons cependant avoir un avant-goût de son influence dès la prochaine saison.

Il dirigera le concert gala d’ouverture de la saison 2018-2019, avec le pianiste Emmanuel As, le 17 septembre 2018, Le Messie de Haendel le 8 décembre et la majorité des concerts de la série classique: le Concerto pour piano no 1 de Chopin, avec le jeune prodige québécois Charles-Richard Hamelin, et la Titan de Mahler les 28 et 29 septembre; Le Rite du printemps de Stravinski les 19 et 20 octobre; le concert du Jour du Souvenir, avec la violoniste britannique Tasmin Little, les 9 et 10 novembre; un programme Tchaïkovski/ Mozart, avec le soprano Tracy Dahl, les 2 et 3 novembre; un concert Bach/Mendelssohn/Schuman avec la jeune violoniste virtuose Bella Hristova, les 11 et 12 janvier 2019; le Requiem de Verdi les 15 et 16 mars; un programme de compositeurs russes, avec la pianiste vénézuélienne Gabriela Montero, les 26 et 27 avril.

Il profitera de cette première année pour se familiariser avec le personnel de l’orchestre et la communauté winnipegoise et planifier la saison 2019-2020.

Il espère être en poste pendant plusieurs années afin de pouvoir réaliser les objectifs ambitieux qu’il a pour l’orchestre.

Nous sommes convaincus que l’OSW a choisi un chef qui nous permettra de vivre des expériences musicales exceptionnelles au cours des prochaines années et qui élèvera l’orchestre à un niveau d’excellence qui fera la fierté de Winnipeg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici