Roxanne Bouchard en compagnie de sa chienne Ehlers. Photo: Marta Guerrero

Par Roxanne BOUCHARD

Tout récemment, j’ai adopté une chienne nommée Ehlers. Elle est un « rescue » de la réserve Ebb and Flow. Les responsables de Hull’s Haven Border Collie Rescue ont nommé la portée de chiots d’après les joueurs des Jets. La maman en a eu sept. C’est pour dire à quel point les Jets sont appréciés au Manitoba.

Ça faisait quelques mois que je cherchais à adopter un chien. Pour dire le fond de ma pensée, je crois que c’est un peu approprié que j’ai trouvé un animal qui me plaît et qui est nommé d’après un joueur des Jets.

Ceci dit, l’attraction réciproque entre Ehlers et moi, je n’en fais pas un signe d’un destin glorieux pour les Jets, même si les experts prédisent qu’ils vont gagner la Coupe Stanley cette année.

C’est vrai, les Jets ont une équipe du tonnerre. Je ne doute pas qu’ils vont avoir une très bonne saison. Mais sans chercher à détruire la bulle enchantée des partisans, mon instinct de supporteur de longue date me souffle à l’oreille qu’ils s’excitent un peu trop vite. Un peu comme des jeunes chiots, un peu comme ma chère Ehlers.

La raison exige de reconnaître que beaucoup de choses devront pencher du bon côté, juste pour faire les séries éliminatoires. Il y a 82 matchs en tout, ils ont joué seulement une quinzaine de parties. On sait bien qu’il y a plusieurs bonnes équipes dans leur division. Nashville, Colorado, Chicago, Minnesota, Dallas et St- Louis. Et il y en a qui ne vont même pas se rendre en séries éliminatoires. Si les Jets font les séries, ils devront battre trois bonnes équipes avant d’atteindre la finale de la Coupe Stanley.

Il y aura des hauts et des bas tout au long de la saison, c’est normal. Au fil des pics et des creux, on va savoir s’ils peuvent apprendre à gérer toute la pression qu’ils ont sur leur dos. C’est la vie : un chiot ne devient pas adulte d’une minute à l’autre. Les Jets sont encore une équipe très jeune, même s’ils ont quelques vétérans pour leur montrer le chemin de la maturité.

Bryan Little, Blake Wheeler, Kyle Connor et Mark Scheifele connaissent un excellent début de saison. Sans oublier le gardien de but Laurent Brossoit, qui pousse Connor Hellebuyck à se dépasser pour enregistrer une saison comparable à l’an dernier. Patrik Laine et Nikolaj Ehlers ont un peu de difficulté à se mettre au niveau de l’intensité des matchs. Laine a dû avoir un peu la tête dans les nuages avec le voyage en Finlande. Par contre, l’expérience a sûrement été bonne pour lui, car il a extrêmement bien jouer même avec toute la pression qu’il a pu ressentir de jouer en quelque sorte, à domicile.

En parlant de la Finlande, j’ai bien l’impression que n’importe où tu vas il y a quelqu’un qui porte quelque chose des Jets. Par exemple, je suis allée au Québec cet été. À Sainte-Anne-de- Beaupré, j’ai croisé une personne avec un gilet des Jets. Mais je ne suis pas encore tout à fait prête à y voir un signe que Winnipeg va remporter la Coupe Stanley cette année.

Au moins, je suis sûre que ma Ehlers va grandir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici