L’autre visage du North End

Par Gavin BOUTROY

Il y a des réputations qui collent à la peau d’un quartier de façon aussi visible qu’une fêlure dans le béton. C’est le cas du North End, au centre de Winnipeg, où les réalités économiques, le déterminisme sociologique et statistique de la délinquance ont fini de marquer au fer rouge des habitants en souffrance.

Pourtant, il existe aussi un autre North End. Un quartier dans lequel les habitants luttent, ensemble, pour prévenir la violence, maintenir sur place leurs associations… Conserver leurs repères, en quelque sorte.

Comme lorsque la communauté s’est soudée autour du centre d’aide pour les femmes de North Point Douglas, il y a quelques semaines, en apprenant que la Province avait décidé unilatéralement d’une coupe budgétaire mettant en péril l’existence même de ce lieu crucial pour la population autochtone.

Ou encore, comme lorsque chaque vendredi depuis six ans, les habitants se réunissent au pied de la tour Bell sur l’avenue Selkirk, qu’il neige ou qu’il pleuve, pour partager un moment ensemble, un repas, fêter un anniversaire, et tenter de mettre fin à la spirale de la violence qui happe la jeunesse du quartier.

Ici et là, notre reporter Gavin Boutroy s’est immiscé dans cette vie de quartier pour capter les visages d’une communauté déterminée à redonner des couleurs à un secteur de Winnipeg trop souvent enfermé dans ses propres ombres.