Lire l’article à la Une du journal – La Liberté du 13 avril.


3 COMMENTAIRES

  1. ***Voici une lettre que j’ai envoyé à la SFM, La Liberté et Radio-Canada. La lettre paraîtra dans l’édition de La Liberté du 20 mars.***

    Étant résidant de Saint-Boniface et fier franco-manitobain, la nouvelle que Shelly Glover, représentante du Parti conservateur, s’est retirée du débat des candidats fédéraux pour Saint-Boniface était choquante. Je crois que l’élection fédérale du 2 mai a de sérieux enjeux pour la population francophone du Manitoba et que le débat francophone, organisé par le Collège universitaire de Saint-Boniface, aurait élucidé les intentions des candidats par rapport à la francophonie dans notre circonscription.

    Déjà, des indices font surface par rapport aux vraies croyances de la candidate Glover au sujet de la francophonie. Son site web de campagne, http://www.voteshelly.ca (celui comme député est bilingue), par exemple, est unilingue anglophone sauf pour l’expression « Welcome/Bienvenue » qui est lancé comme un petit clin d’œil pathétique aux francophones de Saint-Boniface.

    Étant représentante fédérale de Saint-Boniface depuis 2008, cette omission de français ne peut que présager les choses à venir. Saint-Boniface est la circonscription où l’on trouve le plus de francophones dans l’ouest canadien. Nous avons une communauté francophone vibrante et fière qui a luttée longtemps pour sa langue et Mme. Glover n’a pas le luxe de plaider l’ignorance à ce sujet.

    Étant représentante de Saint-Boniface pour les dernières trois années, elle devrait bien connaître sa circonscription. Je trouve ça détestable de la part de Mme. Glover de ne pas au moins avoir un site web bilingue qui représente la réalité culturelle de notre communauté.

    Il faut se rappeler que lorsque Mme. Glover était la Secrétaire aux affaires des langues officielles du Gouvernement Harper, elle s’est opposée à un projet de loi qui aurait obligé les juges de la Cour suprême du Canada à être bilingue.

    Publiquement, Mme. Glover fait les éloges de Francophonie et prétend être solidaire de la communauté francophone de Saint-Boniface. Ses actions indiquent autrement. Le fait qu’elle se soit désistée au débat des candidats me donne l’impression que la population francophone de Saint-Boniface ne lui tient pas du tout à cœur, Le débat des candidats au CUSB aurait donné l’occasion aux résidants de Saint-Boniface d’avoir un réel contact avec les candidats qui espèrent nous représenter au niveau national et de sonder les croyances de Mme. Glover en ce qui à trait au bilinguisme et les services francophones fédéraux.

    Le lieu du CUSB aurait aussi encouragé la jeunesse, qu’on accuse souvent de désintérêt, de s’engager dans le processus politique. Lors de la dernière élection fédérale, les Conservateurs, y inclut Mme. Glover, on promit la transparence. Il me semble qu’elle nous laisse maintenant dans le noir.

    Je suis scandalisé par l’arrogance de madame Glover et le non respect qu’elle démontre face à la population francophone de Saint-Boniface. Je suis aussi surpris de voir l’immobilisme de la Société franco-manitobaine (SFM) à ce sujet, alors qu’elle se prétend organisme porte-parole de la communauté francophone et se dit travailler avec et pour les personnes qui s’intéressent à la vie en français afin de promouvoir et normaliser le fait français au Manitoba.

    Outre le non respect que démontre la candidate conservatrice de Saint-Boniface, tous les experts s’entendent pour dire que l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire représenterait un recul important pour les services en français en milieu minoritaire.

    Il m’apparait clair que les agissements des conservateurs en matière de langues officielles et que les actions de madame Glover en campagne ne font rien pour promouvoir et normaliser le fait français au Manitoba.

    Je demande donc à la Société franco-manitobaine de dénoncer les actions de Mme. Glover. Si l’on reste muet, notre langue et notre culture pourraient en souffrir grandement. Nous ne voulons pas risquer perdre tout ce que nous avons gagné lors des grandes luttes linguistiques du passé. Il ne faut pas oublier que le privilège de services francophones est fragile et que nous devons toujours être en garde.

    Sincèrement,
    Stéphane Oystryk

  2. Pourquoi annuler? Les autres candidats ont des voix et des opinions. Si Mme Glover n’a pas de respect pour les résidents de St-Boniface, placez une chaise vide avec le logo Conservateur sur la scène et elle pourra briller par son absence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici