Campagne électorale fédérale à Saint-Boniface 01
Les pancartes, une des grosses dépenses de campagne.

Combien coûte la campagne dans une circonscription comme celle de Saint-Boniface? Comment les partis financent ces dépenses? Réponse des candidats.

Pierre GOISET

Le montant maximum autorisé pour les dépenses de campagne est différent dans chaque circonscription. Il varie selon le nombre d’électeurs et la géographie du territoire. À Saint-Boniface, ce chiffre avoisine les 82 000 $. Si Shelly Glover et Raymond Simard comptent bien utiliser l’intégralité ou presque de cette somme, Marc Payette aura un budget plus que modeste (1).

Les Libéraux comptent dépenser entre 75 000 et 80 000 $, pour financer les pancartes, les prospectus, les annonces, le bureau de campagne, l’essence, le téléphone… Côté Conservateurs, les postes de dépenses sont les mêmes et la somme investie dans la campagne devrait atteindre les 82 000 $. Les dépenses de communication et de publicité constituent le plus gros poste budgétaire.

« Ça vaut le coup pour nous de communiquer comme cela, pour toucher les électeurs, estime le candidat libéral Raymond Simard. Nous ne faisons pas de gaspillage, on fait juste ce qu’il faut pour que les gens entendent notre message. »

« Il n’y a jamais eu de Conservateur réélu à Saint-Boniface, constate la directrice des communications pour Shelly Glover, Myrrhanda Novak. Il y a beaucoup de personnes qui veulent voir Shelly Glover gagner, donc on met toutes les chances de notre côté et on utilise au mieux l’argent de nos donateurs. »

Très loin de ces budgets, le Parti vert ne va dépenser qu’entre 200 et 300 $. « Notre campagne est très modeste, reconnaît le candidat du Parti vert, Marc Payette. Il est certain que le budget des Conservateurs et des Libéraux leur donne plus de visibilité. »

Tous les candidats financent leur campagne grâce aux dons qu’ils reçoivent. Ils ne sont pas appuyés par l’aile nationale de leur parti respectif. « Si nous pouvons dépenser cette somme, c’est parce que nous avons beaucoup de soutien à Saint-Boniface », admet Raymond Simard. Même son de cloche côté conservateur. « Tout l’argent provient de nos donateurs qui nous témoignent un appui sans faille », explique Myrrhanda Novak.

(1) La Liberté n’est pas parvenue à joindre la candidate du Nouveau parti démocratique (NPD), Patrice Miniely. Nous ne connaissons donc pas les chiffres du NPD à Saint-Boniface.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Veuillez entrez votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici