Le Ballet royal de Winnipeg voulait une robe haute-couture pour représenter la troupe sur ses affiches et dépliants? La designer franco-manitobaine, Andréanne Dandeneau, a répondu « Voilà! »

La Liberté / CULTUREL
Andréanne Dandeneau et la première danseuse soliste du Ballet royal de Winnipeg, Amanda Green.

Le Ballet royal de Winnipeg (RWB) a dévoilé, le 10 avril dernier, sa nouvelle image de marque : une robe de style haute-couture conçue par la designer et entrepreneure franco-manitobaine, Andréanne Dandeneau.

La robe, qui figurera sur les dépliants et affiches du RWB tout au long de la saison 20121-2013, s’avère la plus importante com­mande d’Andréanne Dandeneau, fondatrice de la griffe Voilà.

« Je me sens honorée d’avoir été demandée par la troupe de créer ce nouveau design, indique Andréanne Dandeneau. Étant donné la réputation et la visibilité du RWB, cette commande rehaussera davantage ma réputation de designer. »

Le tout a commencé alors qu’Andréanne Dandeneau expo­sait ses créations au Festival Folk. « Quelques membres du ballet ont vu mes designs faisant appel aux tissus naturels, explique la Franco-Manitobaine. Ils ont ensuite examiné mon portfolio, et ont pris conscience que j’avais déjà fait des costumes de danse pour des troupes de danse contemporaine, notamment les Winnipeg Contemporary Dancers. Ils ont également vu une des mes robes de mariage de style crocheté que j’avais créée. Tout cela a inspiré leur confiance. Ils savaient que je comprenais bien ce qui est confortable et qui permet un mouvement gracieux tout en étant attrayant pour l’œil. »

Andréanne Dandeneau dit avoir apprécié la grande liberté que le RWB lui a conférée dans son choix de design. « Au départ, on m’a demandé de songer aux robes du célèbre designer Alexander McQueen, explique Andréanne Dandeneau. Ils voulaient une robe légère et frappante. “Pensez au ballet chic, à un tutu style haute couture”, m’ont-ils indiqué. Mais à part cette consigne générale, les choix me revenaient. J’ai pu vraiment m’exprimer, ce qui est toujours alléchant lorsqu’on accepte une commande. »

Résultat : une robe de palette beige-crème à l’allure vivement aérienne. « L’effet total est dû à la couleur et aux matériaux, fait remarquer la designer. La soie, la charmeuse et la gaze créent un effet dansant qui évoque bien le monde du ballet.

« Je suis très fière du résultat, conclut Andréanne Dandeneau. Mon seul regret, c’est qu’on ne peut pas vraiment danser le ballet avec une telle robe. Mais l’effet ballet est définitivement présent. J’imagine que toute femme voudrait se mettre à danser en la portant! »

Daniel Bahuaud | Journaliste

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici