Avant la fin de l’été, le Harvest Moon Festival offrira trois jours de découvertes musicales et artistiques à Clearwater du 14 au 16 septembre. Un festival original dont André Clément est le fondateur et directeur artistique.

 

LA LIBERTÉ - Harvest Moon Festival
Le groupe de musique Nathan lors de l’édition 2011 du Harvest Moon Festival
(Gracieuseté Harvest Moon Festival).

Par Sabine TRÉGOUËT
Pour la onzième année consécutive, le Harvest Moon Festival accueillera ses festivaliers du vendredi 14 au dimanche 16 septembre pour une fin de semaine musicale et colorée.
« On a mis sur pied le festival en 2002, raconte le directeur artistique André Clément. Au début, c’était un pique-nique convivial qui rassemblait environ 150 personnes en comptant les musiciens et les bénévoles. Et voilà que dix ans plus tard, on accueille près de 1 500 personnes du vendredi soir au dimanche après-midi. C’est une très belle progression, je ne pouvais vraiment pas deviner que cela suivrait un si beau mouvement. L’évènement a grossit de lui-même grâce au bouche à oreille. »
Au programme, une vingtaine de groupes de musique dont le duo de franco-manitobains Sarah et Christian Dugas. « Notre mandat artistique est de faire découvrir des talents musicaux du Manitoba, assure le Franco-Manitobain André Clément. On essaye de diversifier les styles musicaux sur les trois jours de festival. »

Le Harvest Moon Festival, c’est également l’occasion de faire de belles expériences. Yoga, écriture ou encore initiation à la permaculture, autant d’ateliers proposés aux amateurs de nouveautés.

Ce festival hors des sentiers battus s’inscrit en fait dans une organisation plus globale, la Harvest Moon Society. « La Harvest Moon Society œuvre sur trois piliers : artistique, écologique et pédagogique, explique le fondateur du festival. On essaye de développer une économie locale. Par exemple, on a développé un partenariat entre des agriculteurs de la région et un collectif de consommateurs. On travaille également avec des étudiants de l’Université du Manitoba sur la transformation de vieilles bâtisses à Clearwater. »

Portée par des artistes convaincus, cette conception du local trouve sa traduction dans le festival. « L’ambiance est très conviviale, affirme André Clément. Clearwater est un magnifique petit village d’agriculteurs et chaque année le public est un beau mélange entre le rural et l’urbain. Renforcer les liens entre ces deux univers fait également partie de notre mandat. »

Grâce à tous les bénévoles, le festival a toujours été auto-suffisant. « Depuis deux ans, on reçoit tout de même des octrois du fédéral pour le festival, ajoute André Clément. C’est une chance car cela nous permet de mieux payer nos artistes et de faire venir de meilleurs groupes ».

Pour les quelques 70 bénévoles qui y travaillent toute l’année, le festival est un rendez-vous annuel immanquable. « Certains célèbrent Noël, nous c’est le Harvest Moon Festival, s’exclame André Clément. On y met du cœur pour que ce soit un beau moment. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici