La Liberté fêtera en 2013 ses 100 ans d’existence. Une étape clé rendue possible par l’appui constant de la communauté à son journal, d’hier à aujourd’hui.

 

LA LIBERTÉ - PRESSE CANADA

En plus de découvrir les nombreuses activités qui entoureront le 100e anniversaire de La Liberté, ceux qui étaient venus à la conférence de presse ont pu jeter un oeil sur quelques archives du journal, notamment sa toute première Une (en bas à gauche sur la photo).

Une centaine de personnes étaient présentes pour découvrir, le 16 novem­bre dernier, ce qui se tramait pour célébrer les 100 ans d’existence ininterrompue du seul hebdo­madaire francophone du Manitoba, La Liberté, dont la date officielle sera le 20 mai 2013.

« Le 100e anniversaire de La Liberté sera inoubliable, rassem­bleur, grandiose, éducatif et interactif, affirme la rédactrice en chef adjointe et directrice générale par intérim de La Liberté, Lysiane Romain. Ce sera l’occasion de partager son histoire. »

Pour ce faire, La Liberté met sur pied six grands projets avec l’aide de nombreux partenaires. Certains seront festifs, notamment « un très beau gala le 25 juin 2013 sous la direction artistique de Danielle Sturk et la présidence d’honneur du hockeyeur professionnel franco-manitobain, Jonathan Toews, et une fête de rue organisée en association avec Rivers West-Corridor rivière Rouge », dévoile Lysiane Romain.

Elle précise que le gala « a comme mission de sensibiliser, de façon ludique et artistique tant les anglophones que les francophones à l’histoire de notre communauté et au legs que nous ont laissé les différents acteurs du journal, de 1913 à aujourd’hui ».

D’autres projets seront plus éducatifs. Il s’agit d’un colloque sur la relation qu’entretient un journal avec ses lecteurs, ainsi que d’une exposition sur la commu­nauté franco-manitobaine vue à travers la couverture médiatique de La Liberté.

Cette exposition comportera une partie permanente, au Centre du Patrimoine de juin 2013 à mai 2014, et une partie itinérante qui visitera dix communautés bilingues du Manitoba. Elle sera accompagnée de livrets pédagogiques pour les écoles.

La Liberté prépare aussi, avec Les Productions Rivard, un documentaire d’environ une heure sur « son évolution et le rôle que le journal a joué dans la construction de l’identité franco-manitobaine », annonce Lysiane Romain. Il sera diffusé en 2013 sur les ondes de Radio-Canada.

Enfin, le dernier projet des célébrations du 100e de La Liberté est « un cadeau à toute la commu­nauté, se réjouit la directrice générale par intérim. Depuis 2009, le directeur général de la Société historique de Saint-Boniface (SHSB), Gilles Lesage, et le département Peel de l’Université d’Alberta numérisent et indexent la totalité des archives de notre journal depuis sa toute première parution.

« Tout cela sera accessible gratuitement à la communauté, poursuit-elle. Chacun pourra donc trouver, un rentrant un mot clé, tous les articles et photos de La Liberté qui s’y sont rattachés depuis 1913! »

Tous ces six projets de célébrations demandent l’inves­tissement de nombreuses person­nes et organismes, mais La Liberté se réjouit de ne pas en manquer.

« L’appui de la communauté a été un élément clé dans la planification des projets du 100e de La Liberté, assure la présidente de conseil d’administration de La Liberté, Gaëtanne Morais. Depuis 2011, au-delà de 50 membres de la communauté se sont impliqués bénévolement. Ce sont des gens d’une grande expertise dans divers domaines. »

La communauté s’est mobilisée en temps et en énergie, avec la mise sur pied de deux comités organisateurs des évènements, ainsi que d’un comité ambassadeur qui a profité des National Newspaper Awards, le 27 avril dernier à Toronto, pour inviter tous les grands journaux canadiens à Winnipeg en 2013 pour le centenaire de La Liberté.

D’ailleurs, le Winnipeg Free Press est devenu un allié de La Liberté. Son rédacteur en chef, Paul Samyn, était à la conférence de lancement du 100e pour redire la valeur ajoutée du journal francophone à la ville de Winnipeg et à la province du Manitoba.

Enfin, la communauté s’est aussi mobilisée financièrement. « On est déjà à plus de 250 000 $ de commandites!, souligne la présidente. On nous a partout démontré une générosité immense.

« On a pu s’entourer de belles âmes qui avaient compris l’importance de fêter en grand le 100e de notre journal, conclut-elle. Sans le soutien de sa communauté, La Liberté ne fêterait certainement pas son premier siècle l’année prochaine. »

 

par Camille HARPER-SÉGUY

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici