Paul Desrosiers et Orille Haugan. La Liberté (MANITOBA)
Paul Desrosiers (à gauche) et Orille Haugan (à droite) ont contribué à construire cette croix traditionnelle métisse qui sera érigée le 23 juin sur le chemin Brady à Saint-Norbert.

Le 23 juin prochain, l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM) et le Conseil de Saint-Norbert érigeront sur le chemin Brady une croix pour marquer l’endroit où les Métis ont arrêté la progression des arpenteurs.

Cette croix en bois, rehaussée d’une roue de charrette de la Rivière-Rouge, est l’œuvre des Métis Orille Haugan, Paul Desrosiers, George Ducharme, Guy Desrosiers et Henry Hildebrand.

« Je parlais depuis longtemps de ce projet de fabriquer une croix avec Paul Desrosiers et finalement, on a décidé de le faire, se souvient Orille Haugan. Comme je suis charpentier et que j’ai déjà construit six autres croix métisses semblables, j’ai pu montrer à ceux qui voulaient nous aider comment les fabriquer dans la tradition d’antan. »

« On a eu beaucoup de plaisir à travailler en groupe, assure l’aîné métis, Paul Desrosiers. George Ducharme était aussi d’une grande aide car il est très doué avec le bois. Il construit beaucoup de bancs. »
Au total, la construction de la croix a pris environ quatre jours. L’équipe métisse a acheté son bois de Manitoba Hydro.

« Manitoba Hydro a un stock de vieux poteaux qu’ils vendent et ils nous ont fait un bon prix, raconte Paul Desrosiers. On a pu récupérer deux énormes rondins de cèdre. Le cèdre est idéal car c’est un bois qui ne s’abîme pas avec les intempéries.

« Ensuite, c’est un aîné de 96 ans, Mervin Lecoullillard, qui a coupé notre bois à la machine!, signale-t-il. Quant à la roue de la charrette, on l’a coupée et fabriquée nous-mêmes dans notre atelier au Centre des arts de Saint-Norbert. Ses rayons sont en chêne. »

La croix mesure 16 pieds de long et 6 pieds de large, et la roue a un diamètre de 48 pouces.

« Ce qui est typique de la construction métisse, précise Paul Desrosiers, c’est qu’il n’y a ni clous ni vis pour tenir les différentes parties. Les Métis utilisaient des douilles à la place, ce qu’on a fait. C’était important pour nous de garder la technique traditionnelle métisse pour faire notre croix. »

La dernière étape était de couler de l’huile de lin sur la croix car « cela préserve le bois », poursuit-il.

 

Cérémonie traditionnelle

Si la construction de la croix répondait à des exigences de tradition métisse, c’est aussi le cas de sa cérémonie d’installation.

« On va charger la croix sur un chariot tiré par des chevaux à 11 h depuis le Centre des arts de Saint-Norbert, puis on partira en cortège mené par le Métis Satch Dheilly qui nous prête ses chevaux, annonce Paul Desrosiers. Dans le chariot, ça jouera du violon et des tambours métis. »

« Quatre hommes suffisent à porter la croix, précise Orille Haugan, mais tout le monde est le bienvenu pour nous aider. Plus il y aura de Métis qui viennent aider à transporter cette croix, ou même juste la toucher, plus ce sera symbolique! »

La cérémonie elle-même commencera vers 14 h 30 sur le chemin Brady. Tout sera traduit en anglais et en français.

« On va faire bénir notre croix par un prêtre car ça fait partie de nos racines, dévoile Paul Desrosiers. Les Métis sont des gens très croyants. De même, la Métisse et avocate Aimée Craft animera une cérémonie de la fumée pour honorer la croix, un rituel qui fait aussi partie de nos racines métisses », conclut-il.

Par Camille HARPER-SÉGUY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici