Par Daniel BAHUAUD

La Nation métisse – Saskatchewan, l’organisme responsable du ralliement métis Back to Batoche se prépare pour accueillir une foule record, et à célébrer en grand le retour de la cloche de Batoche.

Back to Batoche 2011
Le traditionnel défilé vers le cimetière de Batoche, lors des journées Back to Batoche de 2010.

Grâce à la présence de la célèbre cloche de Batoche, les organisateurs du ralliement métis Back to Batoche prévoient accueillir quelque 30 000 visiteurs, du 18 au 21 juillet prochain; une participation qui risque de faire éclater tous les records.

« C’est excitant et inquiétant à la fois, lance la coordonnatrice du ralliement organisé par La Nation métisse – Saskatchewan (NMS), Claire Bélanger-Parker. En 2010, lors du 125e anniversaire de la bataille de Batoche, la foule a atteint les 20 000. C’était énorme. Or, nous croyons, étant donné l’intérêt de la cloche de Batoche, que nous accueillerons 30 000 personnes cette année. Et plusieurs nous disent que nous sous-estimons le nombre de gens qui se pointeront au site.

« Ils ont peut-être raison, poursuit-elle. Des Métis et des amis des Métis de partout dans l’Ouest nous ont déjà indiqué qu’ils seraient au rendez-vous. De nombreux fidèles catholiques veulent assister à la messe de réconciliation, célébrée par l’archevêque de Prince Albert, Mgr Thévenot, évènement où sera dévoilée la cloche. »

L’équipe administrative de Back to Batoche n’est composée que de quatre membres permanents. Les organisateurs ont dû se préparer longtemps d’avance pour s’assurer que tout soit bel et bien en place pour les festivités. En fait, de nombreux contractuels et bénévoles se sont greffés à la NMS, pour s’occuper des terrains de camping dans les environs, et de l’installation des infrastructures essentielles, entre autres les générateurs d’électricité, l’eau et les toilettes.

« C’est comme organiser une campagne militaire, indique Claire Bélanger-Parker. Notre budget total est de 500 000 $. En plus de payer les artistes pour leurs prestations, il nous faudra

4,5 millions de litres d’eau potable. Et des cuisines pouvant desservir une foule. Pour s’assurer de la sécurité des gens, nous aurons des ambulances avec du personnel formé en premières interventions. De plus, pour réduire les moustiques, il nous a fallu tondre la pelouse. Cela a pris 40 heures, puisque notre terrain a une superficie de 55 acres! »

En outre, quelque 100 bénévoles seront sur place pour prêter main-forte au NMS lors des nombreuses activités de Back to Batoche, comme la Foire des aînés, les activités pour les tout petits, les compétitions de gigue, de danse carrée et de violon, ainsi que la course de chariots bâchés (chuckwagon).

« Les capitaines d’équipes de bénévoles sont exceptionnels, déclare Claire Bélanger-Parker. Ils sont enthousiasmés, et prêts à rendre service. Tous nos bénévoles sont prêts, et je suis heureuse que de nombreux organismes métis nous aient envoyé de leur personnel pour nous aider. Cette belle coopération est grandement appréciée.

« Tout ce branle-bas de combat pour célébrer l’identité, la culture et le patrimoine métis, ajoute-t-elle. Et cela en vaudra certainement la peine, surtout que le public pourra non seulement voir la cloche, mais la contempler de près et la toucher, lorsqu’elle sera exposée après la grande messe de réconciliation. Ce sera réellement émouvant. »

 

Lire aussi :

 

Éditorial :

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici