Natif de Sainte-Anne, le président du Conseil d’administration de Via Rail, Paul Smith, songe sérieusement à se proposer comme candidat conservateur dans l’ancienne circonscription de Vic Toews.

Le Franco-Manitobain Paul Smith pourrait bel et bien se lancer dans la course pour la candidature conservatrice lors des prochaines élections partielles dans la circonscription de Provencher, qui doivent être tenues avant le 8 décembre prochain.

C’est, du moins, ce qu’indique le président du Conseil d’administration de Via Rail. « Je suis en pleine réflexion, déclare le natif de Sainte-Anne. Je dois peser le pour et le contre pour ma famille et ma situation professionnelle. Cela étant dit, la vie politique m’a toujours intéressé, et j’estime que je serais un candidat crédible. »

En fait, Paul Smith a longtemps évolué au sein du Parti conservateur. De 1984 à 1988, le Franco-Manitobain a été l’adjoint du député conservateur de Saint-Boniface, Léo Duguay. Il a également été l’adjoint du premier ministre canadien, Brian Mulroney, après l’élection de ce dernier en 1984. En outre, il a servi à titre de conseiller politique de Joe Clark, alors que l’ancien premier ministre canadien était Secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Il a par ailleurs assumé des fonctions similaires pour la ministre responsable de l’Agence canadienne de développement international, Monique Landry.

« Paul Smith a un excellent profil, confirme le politologue, Raymond Hébert. À se tenir à ses habiletés et son expérience, il serait un excellent candidat. La question clé demeure celle de sa base politique. Paul Smith a quitté le Manitoba il y a assez longtemps, et a fait carrière à Ottawa et à Toronto. Il est donc moins connu sur le terrain, ce qui pourrait faire toute la différence. »

Surtout que la circonscription de Provencher est un bastion conservateur, et que son dernier député était l’ancien ministre de la Sécurité publique, Vic Toews.

« Les Conservateurs chercheront sans doute un candidat doté d’une connaissance approfondie de l’électorat de Provencher, pense Raymond Hébert. Au fond, puisqu’il s’agit d’un comté dont la victoire conservatrice est assurée, les vraies batailles politiques seront menées au niveau de la nomination à la candidature.

« Le grand favori, le député provincial de Steinbach, Kelvin Goertzen, est toujours indécis quant à son avenir, bien qu’il soit considéré un excellent successeur potentiel de Vic Toews, poursuit-il. S’il se présentait, il serait difficile à battre, puisqu’il a déjà une bonne partie de sa base politique en place. Il pourrait aisément la mobiliser pour joindre les adhérents possibles au Parti conservateur. »

Kelvin Goertzen n’est par ailleurs par le seul résidant de Provencher dont le nom circule chez les commentateurs politiques. Le maire adjoint de Steinbach, Michael Zwaagstra, et le président de la Steinbach Credit Union, Ted Falk, ont également été mentionnés comme candidats potentiels.

Selon Paul Smith, de telles considérations ne l’empêcheront pas de « songer sérieusement » à se présenter. « La Loi électorale du Canada stipule que des élections partielles doivent avoir lieu au plus tard six mois après la démission d’un député, rappelle-t-il. Vic Toews a annoncé son départ le 8 juillet. Je devrai donc trancher la question assez rapidement, puisque l’élection aura probablement lieu quelque temps avant la date butoir du 8 décembre.

« Chose certaine, bien que je sois présentement à Toronto, je demeure fier Franco-Manitobain et Manitobain, conclut-il. Provencher, c’est un comté qui me tient à cœur. C’est l’ancien comté de Louis Riel. C’est aussi la circonscription où ma famille a passé plus d’un siècle. Et, dans ma jeunesse, j’ai joué au hockey dans toutes ses arénas! »

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici