Parmi les futurs représentants de la francophonie lors du Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques, trois Manitobains. Chloé Freynet-Gagné, Justin Johnson et Amber O’Reilly.

Chloé Freynet-Gagné, Justin Johnson et Amber O’Reilly (absente de la photo) seront les ambassadeurs de la francophonie manitobaine lors du Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques qui aura lieu à Winnipeg du 23 au 30 juin prochain.
Chloé Freynet-Gagné, Justin Johnson et Amber O’Reilly (absente de la photo) seront les ambassadeurs de la francophonie manitobaine lors du Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques qui aura lieu à Winnipeg du 23 au 30 juin prochain.

Du 23 au 30 juin prochain aura lieu à Winnipeg la 4e édition du Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques. Une cinquantaine de jeunes, du Canada, des États-Unis, des Caraïbes et de l’Amérique latine y prendront part. Des jeunes qui ont en commun la fierté d’être francophones.

Le 7 mars dernier, le Centre de la francophonie des Amériques a dévoilé le nom des ambassadeurs qui auront la chance de participer à ces rencontres. Au Canada, ils sont 14 jeunes à avoir été sélectionnés pour être les représentants de la francophonie. On y retrouve trois personnes du Manitoba, Chloé Freynet-Gagné, Justin Johnson et Amber O’Reilly.

Des jeunes qui sont très enthousiastes à l’idée de rencontrer d’autres qui, comme eux, connaissent peut-être les mêmes défis. « Ça va être le fun! », lance l’un des ambassadeurs, Justin Johnson. « Le fait de pouvoir rencontrer d’autres jeunes comme nous puis de partager nos expériences, ça va être super intéressant », poursuit une autre, Chloé Freynet-Gagné. Mais comme ambassadeurs, ils veulent surtout montrer toutes les valeurs et la beauté de la communauté francophone du Manitoba.

« Nos valeurs sont claires, affirme Justin Johnson. L’accueil, la générosité. Tous ceux qui viennent ici sont surpris de notre accueil. »

Une province d’ailleurs enrichie par une belle diversité culturelle. Le but de cette rencontre est d’outiller les ambassadeurs de la francophonie pour qu’ils soient ou continuent d’être des acteurs engagés dans leurs communautés. Justin Johnson est le président du conseil d’administration du Conseil jeunesse provincial (CJP). Il explique pourquoi il rêvait de cette opportunité.

« Je pense que c’était important que le CJP soit autour de la table, souligne-t-il. Les discussions vont certainement porter sur le partage de nos réalités et j’ai bien hâte de parler de nos expériences. »

De plus, le fait que la rencontre se fasse à Winnipeg est selon ce dernier un atout. « Ils vont voir qu’il y a une communauté qui réfléchit, une communauté qui se construit et qui a une belle vision pour l’avenir », précise Justin Johnson. Tout comme lui, Chloé Freynet-Gagné a une forte envie de partager son « désir de faire avancer la communauté, confie-t-elle.

« Nous allons certainement apprendre d’eux et ce sera aussi pour eux une belle occasion de voir l’implication communautaire des jeunes d’ici », poursuit Chloé Freynet-Gagné. D’ailleurs, la jeunesse francophone du Manitoba à travers le CJP travaille depuis quelques mois en lien avec la Société franco-manitobaine pour la tenue des États généraux. « Au Manitoba, la jeunesse prend un rôle assez important dans sa communauté. »

Et c’est ce que Chloé Freynet-Gagné voudrait faire entendre à tous les autres représentants. « Oui, on est une minorité mais on est aussi fort que la majorité anglophone, note-t-elle. « Nous sommes capable de faire entendre notre voix et capable aussi de travailler avec les anglophones pour faire avancer notre communauté », conclut Chloé Freynet-Gagné.

Wilgis AGOSSA

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Je vous écris pour faire part de mes commentaires sur l’article « Jeunes, fiers et francophones! » de l’édition du mercredi 19 mars.
    J’ai été sélectionnée pour participer au Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie, et mon nom apparaît dans l’article, mais personne de La Liberté n’a pris la peine de me contacter.
    Si cela avait été le cas, j’aurais volontiers accepté d’être photographiée avec Justin Johnson et Chloé Freynet-Gagné, et d’éviter que la mention « absente de la photo » soit faite à mon égard.

    Si M. Agossa avait bien fait sa recherche, j’aurais aussi pu lui dire que bien que j’étudie à l’Université de Saint-Boniface, je ne suis pas manitobaine. Je suis bien franco-ténoise, originaire de Yellowknife aux Territoires du Nord-Ouest et c’est les TNO que je représenterai lors de l’événement.

    Je ne veux pas décourager la couveture d’événements se rapportant à la jeunesse francophone, simplement demander une couverture journalistique juste et approfondie.

    Merci,

    Amber O’Reilly

  2. Bonjour Amber,

    J’ai bien reçu vos commentaires par rapport à mon article paru la semaine dernière dans La Liberté du 19 au 25 mars 2014. Voici ma réaction.

    Avant tout, je vous remercie de nous faire des commentaires. Ils sont toujours appréciés, acceptés et corrigés au besoin.
    Dans ce cas ci, je tiens à vous dire que La Liberté ne fera pas d’Erratum pour les raisons que voici:

    D’abord, j’ai bien essayé de vous contacter. Je vous connais comme Rédactrice en chef du journal Le Réveil. C’est donc par ce biais que j’ai essayé de vous parler en laissant deux messages sur le répondeur. Je n’ai pas eu de réponse.

    Ensuite, vous faites erreur en stipulant que je n’ai pas fait ma recherche. C’est avant tout l’un de mes intervenants qui m’a donné l’information.
    Une information que j’ai vérifié sur le site web de l’évènement, http://www.francophoniedesameriques.com/.
    En faisant un tour sur le site Web du Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques, vous auriez constaté que devant votre nom, c’est écrit que vous représentez le Manitoba (Voir capture d’écran).

    Je ne peux ne pas considérer cette source qui en fait est ma source principale, puisque c’est eux qui ont fait la sélection des ambassadeurs. Même si je vous avait parlé, je trouverai qu’il y a contradiction et je vérifierai à nouveau avec eux.

    Ceci dit, vos commentaires sur nos articles à La Liberté seront toujours les bienvenues.

    Merci,

    Wilgis AGOSSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici