Célébrer la Saint-Jean-Baptiste dans un café, passer le temps à jouer des jeux de société et socialiser pourrait être une option avec le nouveau café-jeux situé dans le quartier de la bourse de Winnipeg.

Sur la photo, le copropriétaire de ACROSS the BOARD, Clinton Skibitzky.
Sur la photo, le copropriétaire de ACROSS the BOARD, Clinton Skibitzky.

Au centre-ville de Winnipeg, un nouveau café a ouvert ses portes en mai dernier. Le 24 juin, une soirée toute francophone sera organisée pour y célébrer la Saint-Jean-Baptiste. Situé dans le quartier de la bourse, le café ACROSS the BOARD est un concept qui reste unique dans la ville, mais pas au Canada. « C’est une idée qui existe depuis longtemps dans plusieurs autres villes du Canada et ailleurs au monde », confie le francophile et copropriétaire, Clinton Skibitzky.

L’espace est aéré et très ouvert. Les quelques grandes fenêtres laissent entrer, sans aucun obstacle, la lumière du jour. À l’entrée, un large comptoir décrit à merveille l’ambiance d’un café. Au-dessus, on peut lire, sur un tableau noir incrusté dans le mur, le menu disponible.

Mais, quelques mètres plus loin, de grandes étagères s’imposent au regard. Sur celles-ci, de nombreux jeux de société se côtoient en toute quiétude. « Nous avons environ 700 jeux ici, compte Clinton Skibitzky.

« On voulait créer un espace où les gens peuvent venir jouer en prenant un café ou un petit repas, dans une ambiance conviviale », renchérit Clinton Skibitzky. Même si il y a seulement quelques semaines que le café est ouvert, ce pari semble gagné avec une clientèle qui s’agrandit de jour en jour.

| Socialiser par le jeu

À l’ère où les jeux électroniques et les médias sociaux prennent le pas sur l’interaction humaine, les jeux de société se fraient un chemin pour redécouvrir d’anciennes valeurs de nos sociétés. « Beaucoup de gens en ont assez des écrans, lance Clinton Skibitzky.

« Jouer avec quelqu’un qui est physiquement devant nous, c’est une expérience sociale qui est d’une autre époque et qu’on devrait encourager », poursuit-il.

Au lieu de s’isoler à jouer seul devant un ordinateur, cette option donne la possibilité d’entrer en contact avec le monde. D’ailleurs, déjà plusieurs personnes redécouvrent le plaisir de socialiser à travers le jeu. « C’est ma première fois ici et j’ai adoré mon expérience », témoigne une Franco-Manitobaine, Zoe Cressman.

« Il y a quelques personnes qui viennent ici presque tous les jours pendant deux ou trois heures depuis quelques semaines, se réjouit Clinton Skibitzky.

Pour la fête de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin prochain, ACROSS the BOARD organise un évènement pour célébrer la francophonie. « Pourquoi ne pas organiser une soirée francophone à cette occasion », s’était questionné Clinton Skibitzky et l’autre propriétaire du café, Olaf Pyttlik.

En effet, avant même l’ouverture du café, Clinton Skibitzky raconte que l’une de ses amies, une francophone de Toronto, l’avait encouragé à organiser des évène­ments francophones. Mais en plus, « dès la première journée d’ouverture, j’ai pu constater qu’il y avait des tables où les gens parlaient français ». « C’était très intéressant de parler avec eux, explique-t-il. Ce serait donc très agréable d’avoir une soirée où les gens parlent essentiellement français. »

Car, plus qu’un café, ACROSS the BOARD se veut un espace de divertissement pour toute la diversité culturelle du Manitoba. D’ailleurs, même si le concept n’est pas unique, il semble quand même amélioré.

« On ne voulait pas juste avoir un espace de jeux, confie Clinton Skibitzky. Avant d’ouvrir, on a beaucoup voyagé pour apprendre de l’expérience des autres. Notre but était d’offrir le meilleur pour Winnipeg. Dans certains endroits, la nourriture n’était pas toujours bonne ou les tables trop petites pour jouer et manger en même temps. »
« Nous, on a de très grandes tables et un bon cuisinier pour que les gens se sentent bien et restent le plus longtemps possible, souligne Clinton Skibitzky. Ceux qui veulent jouer n’ont même pas besoin de payer un café. Ils peuvent juste payer 5 $ et rester aussi longtemps qu’ils veulent. »

Par ailleurs, même si un effort se fait pour intégrer la communauté francophone, les propriétaires souhaitent trouver un expert en jeux qui pourrait les expliquer aux nouveaux joueurs, exclusivement francophones.

Wilgis AGOSSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici