Auteur-compositeur-interprète, Pierre Freynet invite des musiciens chez lui pour prendre un verre, chanter et tourner des vidéos qui livrent un portrait intime de la scène musicale winnipégoise.

Pierre Freynet.
Pierre Freynet.

Tous les dimanches, Pierre Freynet invite des artistes de la scène musicale winnipégoise chez lui, au 421, rue Jeanne-d’Arc à Saint-Boniface, pour jouer quelques chansons, et ensuite filmer deux performances que le public peut apprécier, depuis le 10 juin dernier, en allant sur Internet. (1)

« C’est ce que j’appelle le Studio 421, lance l’auteur-compositeur-interprète franco-manitobain. Le musicien invité joue sa guitare sèche et chante, tandis que je l’accompagne à la guitare et que j’harmonise. Le contrebassiste, Sam Little, est également de la partie, pour ajouter un autre ingrédient musical à la recette.

« L’approche est des plus simples, poursuit-il. J’utilise deux caméras et un microphone. On enregistre à trois reprises la même chanson et, ensemble, on choisit la meilleure interprétation. L’idée est de capter sans trop d’artifices une performance intime et acoustique, qui reflète l’ambiance d’une rencontre informelle entre musiciens, qui jouent tout simplement pour le plaisir du partage, un partage qui passe par la voix et les instruments. »

En fait, c’est grâce à des rencontres du genre que Pierre Freynet a d’abord eu l’idée de lancer son Studio 421. « Étant moi-même présent sur la scène musicale de Winnipeg, je côtoie beaucoup d’auteurs-compositeurs-interprètes comme moi, explique-t-il. Parfois, je les invite chez moi. On prend un verre autour d’un petit feu dans le jardin, et on joue, tout bonnement, pour s’amuser. Rien de plus naturel, donc, que de les inviter à se faire filmer chez moi.

« Nous sommes en plein âge d’or musical dans la métropole, poursuit-il. Le talent winnipégois est phénoménal, et ce dans tous les genres musicaux. Je me suis dit qu’il fallait documenter ça. »

En fait, depuis qu’il a lancé le Studio 421, Pierre Freynet a déjà enregistré de la musique country, du gypsy jazz, du blues et du folk. « On a même joué un tango, lance-t-il. Ça, c’est cool. Et puis j’estime que le public prendra plaisir à entendre ces artistes, ceux qu’ils connaissent déjà bien et ceux qu’ils pourront découvrir. »

La toute première vidéo du Studio 421 met en vedette un vétéran de la scène winnipégoise, Bobby Stahr qui, chantant Make me a Pallet on the Floor, est accompagné à la planche à laver par son ami Earl Johns. « C’était voulu, déclare Pierre Freynet. Non seulement Bobby Stahr et Earl Johns sont des gars bien sympathiques, mais ils représentent en quelque sorte la génération précédente qui passe le flambeau à une nouvelle génération de musiciens winnipégois. »

Entre autres Alan Nagelberg. « C’est un des meilleurs guitaristes de la ville, qui a une réputation bien méritée d’être un excellent sideman, indique Pierre Freynet. Et puisqu’il est un de ces musiciens exceptionnels qui montent rarement sur la scène, j’ai cru bon l’inviter à participer à ma deuxième séance de tournage. »

Fier de sa langue, Pierre Freynet souligne qu’on verra bientôt plusieurs musiciens francophones se joindre à la brochette d’artistes qui ont produit une vidéo chez lui. « Justin Lacroix a déjà été filmé, mentionne-t-il. Yvan et Éric Burke, du groupe Kin, seront également de la partie. Le Studio 421 produira des vidéos pour bien longtemps encore. D’abord, parce que j’adore inviter les musiciens chez moi. Et j’adore la formule, élégante dans sa simplicité, de laisser la caméra prendre au vif une performance musicale. Je n’imagine pas m’en lasser de sitôt! »

(1) Pour visionner les vidéos, accédez à youtube.com, et tapez Studio 421: the jeanne-d’arc sessions, ou encore visiter la page Facebook de Pierre Freynet.

Daniel BAHUAUD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici