Mgr Albert LeGatt : « Ma déception, ma souffrance, est qu’un prêtre de l’Église catholique ait fait ça.  J’éprouve énormément de compassion pour les victimes, que je n’ai jamais rencontrées. Si elles approchaient le diocèse pour dire comment ces agressions les ont affectées, je serai heureux de les accueillir et de voir comment l’Église peut les aider. La même offre d’écoute et d’appui a été lancée le 20 juillet aux paroissiens de Ste-Famille. »
Mgr Albert LeGatt : « Ma déception, ma souffrance, est qu’un prêtre de l’Église catholique ait fait ça. J’éprouve énormément de compassion pour les victimes, que je n’ai jamais rencontrées. Si elles approchaient le diocèse pour dire comment ces agressions les ont affectées, je serai heureux de les accueillir et de voir comment l’Église peut les aider. La même offre d’écoute et d’appui a été lancée le 20 juillet aux paroissiens de Ste-Famille. »

L’affaire Ronald Léger permet à l’archevêque de Saint-Boniface de mesurer jusqu’à quel point les procédures mise en place en cas d’agression sexuelle s’avèrent efficaces.

Daniel BAHUAUD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici