BRAS

 

Chaque mois, La Liberté et Radio-Canada vous présentent une personne qui se démarque dans sa communauté par un service bénévole à une cause francophone ou à un organisme qui appuie les francophones du Manitoba, que ce soit dans le domaine de la charité, de la culture, du sport ou autre.

 

 

 

 

 

 Un désir de s’engager par besoin de partage 

Après avoir élevé ses cinq enfants, Gisèle Beaudry aurait pu s’autoriser une paisible retraite, au calme de Saint-Boniface. Pourtant elle continue de donner de son temps à la communauté, notamment à travers le Centre Flavie-Laurent. Elle s’implique pour les autres, mais aussi pour elle-même.

Gisèle Beaudry.
Gisèle Beaudry.

 

Originaire de Saint-Boniface, Gisèle Beaudry a beaucoup voyagé au cours de sa vie. Depuis qu’elle s’est posée à Saint-Boniface, donner de son temps et de sa personne est apparu comme une chose naturelle à faire : « Je suis bénévole au Centre Flavie-Laurent depuis maintenant 12 ans. J’ai beaucoup de chance d’avoir le temps d’en donner. Je peux donc m’impliquer dans le bénévolat, surtout que maintenant mes enfants sont grands. »

Pour Gisèle, le bénévolat est un acte qui lui apporte autant qu’il peut apporter aux autres : « C’était quelque chose dans quoi je me suis lancé pour combler un besoin que j’avais également en moi. Je voulais me mettre au service des autres. Voir les gens dans le besoin m’a vraiment encouragé à me lancer. Le Centre Flavie-Laurent était pour cela l’endroit parfait. On reçoit et on donne des meubles, des vêtements à des personnes qui en ont besoin. Ici il existe un vrai partage! »

Au fil des ans, Gisèle Beaudry s’est impliquée de diverses manières pour la communauté, au Festival du Voyageur et à la maison Gabrielle Roy par exemple : « J’ai vraiment besoin de servir. Chaque engagement, chaque rencontre m’apporte quelque chose de différent. En retour, j’espère donner quelque chose aux gens également. Des amitiés se forment. C’est pourquoi je suis très chanceuse de pouvoir faire ces choses-là! »

Comme elle se rend plusieurs demi-journées par semaine au Centre Flavie-Laurent, Gisèle Beaudry a toujours l’occasion de nouer de nouveaux liens. À travers cette implication, le partage est toujours réciproque. : « Les bénévoles, nous sommes un peu comme une petite famille. J’ai toujours hâte de prendre un moment pour aller au Centre. On rencontre beaucoup de gens. D’ailleurs certaines personnes reviennent souvent. On se reconnait, il y a des “bonjour” qui sont plus chaleureux. »

Son fils, Christian, a trouvé tout naturel de nominer sa mère : « Dans le fond, c’était un moyen de lui dire « je t’aime », et de la remercier pour tout ce qu’elle fait, tout ce qu’elle m’a appris. Elle fait partie de ces personnes discrètes mais qui font de belles choses. Il faut essayer de le souligner. »

Malgré tout Gisèle Beaudry reste lucide, et aimerait un futur où un tel centre, axé sur les dons, ne serait plus utile : « Bien entendu ce que j’aimerais, c’est qu’il n’y ai plus le Centre Flavie-Laurent, qu’on en n’ait plus besoin. Mais pour l’instant nous essayons de continuer la mission entamée par sœur Flavie Laurent. Tant qu’il y a une demande et des personnes qui ont besoin de nous. »

Puisque ses cinq enfants sont maintenant autonomes, Gisèle Beaudry peut envisager le futur en laissant encore une place importante au partage, de soi, et des autres. « J’espère bien pouvoir faire encore longtemps du bénévolat au Centre Flavie-Laurent. Ou ailleurs, tant que je le peux et que cela continue à m’apporter! Je tiens vraiment à cet esprit de partage, d’apport mutuel.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici