De gauche à droite : Nature morte aux fleurs (1935, collection permanente du Musée des beaux-arts de Winnipeg), Andrew Kear, et Le poète et les oiseaux (1911, prêt du Minneapolis Institute of Arts). Andrew Kear tient à souligner le défi auquel une exposition où figure un artiste avec une stature internationale doit faire face. «Il y a l’inquiétude que le public viendra voir l’exposition avec des opinions préconçues par rapport à l’artiste, plutôt que d’essayer de l’apprécier l’art lui-même. »
De gauche à droite : Nature morte aux fleurs (1935, collection permanente du Musée des beaux-arts de Winnipeg), Andrew Kear, et Le poète et les oiseaux (1911, prêt du Minneapolis Institute of Arts). Andrew Kear tient à souligner le défi auquel une exposition où figure un artiste avec une stature internationale doit faire face. «Il y a l’inquiétude que le public viendra voir l’exposition avec des opinions préconçues par rapport à l’artiste, plutôt que d’essayer de l’apprécier l’art lui-même. »

Du 28 mai au 11 septembre, le Musée des beaux-arts de Winnipeg (WAG) accueille deux expositions de l’oeuvre de l’artiste moderniste Marc Chagall. L’une est une série de lithographies d’exception; l’autre raconte le lien mystérieux entre Chagall et Winnipeg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici