Neil Duboff et Vince Barletta, respectivement vice-président et futur PDG de la Fondation de l’Hôpital Saint-Boniface.

Par Valentin CUEFF

L’actuel leader de YES! Winnipeg, Vince Barletta, sera le nouveau président-directeur général de la Fondation de l’Hôpital Saint-Boniface. Il entrera en fonction après la Fête du travail, à la suite de Charles LaFlèche, qui a dirigé l’organisme pendant sept ans.

Attablés dans la salle de conférence de la Fondation de l’HôpitalSaint-Boniface (FHSB), le vice-président de la Fondation et son futur PDG parlent de leur collaboration à venir et de l’importance de leur travail ave cardeur.

Neil Duboff explique le choix du conseil d’administration de l’organisme de prendre Vince Barletta pour PDG, parmi plus de 90 candidats au poste : « Nos recruteurs ont contacté Vince. Il se trouve que Vince et moi avons eu l’opportunité de travailler ensemble auparavant, lorsque j’étais avocat. Il m’a appelé, et nous en avons discuté. Je l’ai convaincu de tenter sa chance et de nous rejoindre. »

De son côté, Vince Barletta explique ce virage dans sa carrière par une histoire personnelle.« Ma mère est venue à l’HôpitalSaint-Boniface il y a une dizaine d’années pour un pontage aorto-coronarien. Elle vit bien aujourd’hui et c’est grâce à l’opération qu’elle a reçue. Il y a des milliers de Manitobains qui ont une histoire similaire à la mienne. Quand vous avez l’opportunité de rejoindre un organisme qui propose une telle qualité de soins pour les patients,vous n’hésitez pas. »

Il estime pouvoir apporter son expérience d’homme d’affaires dans cette fonction. « YES!Winnipeg est basé sur les mêmes principes que la Fondation.Notamment travailler ensemble pour développer de nouvelles choses. » Il ajoute que ses acquis et ses contacts pourront lui être utiles.

La FHSB est née en 1971. Les fonds récoltés par ses actions permettent à la fois l’acquisition de nouvelles machines pour l’équipe médicale, et le financement de projets de recherche. L’organisme collecte en moyenne 15 millions $ par an et compterait 750 000 donateurs.

« Immense » (tremendous, à l’origine) : c’est le mot que Vince Barletta emploie à chaque phrase, pour qualifier tantôt la générosité des philanthropes,l’équipe de la Fondation, ou son propre enthousiasme à l’idée d’intégrer l’établissement.« Saint-Boniface est le premier hôpital à l’Ouest du Canada »,raconte-t-il. « C’est aussi la première IRM au Manitoba, la première opération à coeur ouvert… C’est un hôpital de pionniers. »

Neil Duboff insiste de son côté sur la reconnaissance du conseil d’administration de laFondation de l’aide des donateurs : « Notre relation avec la communauté de Saint-Boniface est très importante ».

L’un d’eux parle-t-il le français? « Un petit peu » se lanceNeil Duboff. Vince Barletta,non-bilingue, tient à rassurer : si lui-même ne maîtrise pas la langue, il déclare mettre sa confiance dans une équipe de communication bilingue. « Il est important pour moi de continuer à proposer nos services en français et en anglais aux donateurs. »

La première étape de son entrée en fonction le mois prochain sera, dit-il, de faire connaissance avec l’équipe médicale, avec laquelle il va collaborer, ainsi qu’avec les donateurs.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici