Le directeur général d’Artspace Éric Plamondon a pu compter sur l’appui de toute son équipe, dont Marco Muller, étudiant en 2e année à l’école d’arts de l’Université du Manitoba, pour coordonner cet anniversaire.

Symbole du renouveau du quartier de la Bourse, l’immeuble d’Artspace abrite en son sein 22 organismes à portée artistique, peu connus pour la plupart du grand public. Avec l’énergie qui le caractérise, le directeur général de la structure, Éric Plamondon, a donc choisi de célébrer en grand les 30 ans de cette initiative novatrice.

Par Barbara GORRAND

De l’imposante bâtisse construite en 1900 au coeur du quartier de la Bourse, tout le monde connaît les grandes fenêtres ouvertes sur les rues. Les marquises qui viennent en souligner les voûtes arrondies. Et ces lettres noires qui se détachent du toit dans le ciel en mouvement de Winnipeg : ARTSPACE. Mais qui connaît réellement l’activité qui fourmille au sein de ces hauts murs? Qui, au-delà d’une visite épisodique à la Cinémathèque, a déjà eu la curiosité d’en passer les portes?

C’est en partant de ce constat que le directeur général d’Artspace en poste depuis novembre dernier, Éric Plamondon, a décidé de voir les choses en grand pour célébrer les 30 ans de l’organisme.

« Lorsqu’il y a 30 ans, la ville de Winnipeg, la Province et le Fédéral ont décidé de dédier le plus bel édifice du quartier de la Bourse aux initiatives artistiques, l’immeuble Gault avait été oublié par la ville, à demi squatté par quelques entreprises et des artistes. L’idée, novatrice pour l’époque, était de transformer le quartier historique en s’appuyant sur la créativité artistique. »

Résultat, trois décennies plus tard, Artspace abrite 22 organismes artistiques et en soutient une soixantaine d’autres à travers la province.

Une vitalité très utile pour les « locataires » d’Artspace, comme l’explique Nicole Matiation, directrice générale d’On Screen Manitoba : « Au cours des 30 dernières années, Artspace a joué un rôle clé dans l’évolution du secteur culturel à Winnipeg. Aujourd’hui en plus de fournir des bureaux, des studios, une cinémathèque et autres lieux d’exposition à prix réduit, Artspace fournit des services d’administration à divers organismes culturels au Manitoba. « En tant que locataire, On Screen Manitoba bénéficie non seulement d’un taux de loyer raisonnable et stable, mais surtout, de la proximité des autres organismes culturels. Cela contribue fortement à faire fructifier les partenariats et les collaborations entre artistes. »

Une richesse dont le public n’a pas forcément conscience, comme le précise Éric Plamondon. « Lorsque les artistes travaillent, le processus est avant tout un travail de l’ombre. Le défi a donc été de faire en sorte que tout le bâtiment s’anime pour cette soirée unique, étage après étage », précise encore Éric Plamondon.

Qui pour ce faire, a fait appel à 25 artistes du cru pour donner vie à chaque recoin du bâtiment. Ici, des lectures des auteurs les plus en vue localement, là les courts-métrages des réalisateurs de Winnipeg, des musiciens locaux, la réalisation d’une oeuvre graphique murale sur le toit de l’immeuble… Le tout accompagné de cocktails, de pintes, de sandwiches ou encore de bouchées indiennes concoctées par les établissements voisins (1).

« Tous ont embarqué à bord de ce projet de façon unanime, se réjouit encore Éric Plamondon. C’est ce qui définit la renaissance de ce quartier, où s’établissent des personnes qui aiment Winnipeg et qui souhaitent montrer son dynamisme. Tout cela montre à quel point nous avons évolué, et à quel point cette idée novatrice d’il y a 30 ans est toujours d’actualité aujourd’hui : s’appuyer sur la diversité culturelle pour agréger le dynamisme économique d’un quartier est plus que jamais une solution d’avenir. Et cela tombe bien, il y a un besoin criant d’espaces pour les artistes. Alors pourquoi ne pas envisager de reproduire l’expérience ailleurs, comme à Saint-Boniface, à Osborne ou à Wolseley? Parce que l’idée derrière cette soirée de célébration, ce n’est pas tant de nous reposer sur nos acquis, mais bien de regarder droit devant et de continuer à promouvoir la création comme un moteur d’intégration. »

(1) Lost in Artsp_ce, le jeudi 24 août dès 20 h, avec Matthew Rankin, Leslie Supnet, Karen Asmundson, Gwen Trutnau, Curtis Wiebe, Trevor Kristjanson, Alain Delannoy, écouter les lectures de Chadwick Ginther, Margaret Sweatman, Jason Stefanik, Dinka Pignon, Red Moon Road, Cash Grab, Vinyl Salon, Pat Lazo et, pour la restauration et les boissons, East India Company, King + Bannatyne, Oh Doughnuts, Forth, Capital K Distillery et Little Brown Jug. Entrée 40 $.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici