À 25 et 28 ans, Grégoire (à gauche) et Gaël se lancent à la conquête de la bistronomie winnipégoise avec leur concept de bar à tapas authentique.

Ouvert au début de l’été par Grégoire Stevenard et Gaël Winandy, le bar-tapas de la rue Albert a déjà conquis une clientèle d’habitués séduits par cette bodega qui fleure bon l’authentique. Un succès qui ne doit rien au hasard, mais bien à la réflexion menée depuis deux ans par ces amis qui se sont rencontrés sur les bancs de l’Université de Saint-Boniface.

 

Par Barbara GORRAND 

Et si on ouvrait notre propre bar? »Qui n’a jamais lancé cette phrase, emporté par la grisante euphorie d’une soirée étudiante, lorsque les petits bonheurs de la vie se comptent au nombre d’amis rassemblés autour de quelques verres et de petits plats en équilibre sur la table du salon?

Grégoire Stevenard et Gaël Winandy, eux, sont en passe de donner vie à ce vieux rêve qui, bien souvent, ne survit jamais aux lendemains difficiles. Une concrétisation qui leur a demandé tout de même deux années de préparation intensive, de recherches, et un solide plan d’affaires.

Le premier, originaire de la région parisienne, a posé ses valises à Winnipeg en août 2010 pour poursuivre des études en Administration des affaires à l’USB. Le second est arrivé depuis la région de Liège en Belgique, un an plus tard, dans le cadre d’un échange interuniversitaire. Très logiquement, ils se sont rencontrés lors d’une soirée étudiante.

Est-ce là que les prémisses de leur futur bar ont été ébauchées? L’histoire ne le dit pas. Au terme de son échange, Gaël retourne en Belgique, où il fait ses armes dans la restauration.

Grégoire, lui, poursuit son aventure manitobaine. « Par rapport à Paris, j’ai trouvé que c’était une ville à échelle humaine, avec un fort potentiel, explique le Français aujourd’hui âgé de 25 ans. Après mes études, j’ai lancé le site d’annonces Thingy Corner avec un ami, William Robinson. Et il y a trois ans, nous nous sommes associés pour lancer notre entreprise de dévelop pement informatique, Matrisia Lab. » C’est à peu près à ce moment que Gaël effectue son retour à Winnipeg. « J’avais envie d’une expérience internationale, et je m’étais fait des amis ici. Je savais que c’était une ville pleine d’opportunités », précise le jeune homme de 28 ans.

Les deux amis décident alors de combiner leurs expériences en entreprenariat et restauration pour lancer leur propre projet. « Étant européens, nous avions vraiment envie de proposer à Winnipeg un bar-tapas authentique. De très bons produits, de petits prix, un cadre chaleureux et détendu. Nous avons mis à profit un voyage de deux mois en Asie pour travailler sur le plan d’affaires. Puis, nous sommes partis du Pays basque français jusqu’à Bilbao, côté espagnol, pour goûter différentes tapas, affiner notre idée, définir notre identité. Ne restait plus qu’à trouver un lieu. »

Plutôt attirés par le quartier d’Osborne, Grégoire et Gaël se laissent finalement gagner par l’ambiance du quartier de la Bourse, notamment lorsque l’opportunité de reprendre le local historique ayant abrité The Fyxx puis Across the Board se présente. Les jeunes entrepre neurs ne sont pas seuls sur les rangs, mais leur enthousiasme, et les 60 pages bien ficelées de leur plan d’affaires leur permettent de remporter l’adhésion des banques, et la confiance des propriétaires du bâtiment.

Pendant près de six mois, les deux associés briquent, poncent, carrellent et décorent leur écrin d’or et de grenat. « On a tout fait nous-même! » Et le premier juillet dernier, sans tambour ni trompettes, ils ouvrent enfin les portes de leur établissement. (1)

Cordova, en l’honneur de la ville andalouse, évoque la chaleur et les éclats de rire, le temps suspendu aux accents méditer – ranéens. Le genre de lieu où l’on rentre pour déguster quelques fromages affinés agrémentés d’une confiture maison ou piquer dans une assiette de patatas con pimientos, et où l’on reste pour profiter de la bonne humeur contagieuse et de la belle collection de bières spéciales arrivées tout droit du Plat pays.

Au comptoir de leur cuisine ouverte – au propre comme au figuré, les fourneaux restant allumés jusqu’à l’heure de la fermeture des lieux – où officie depuis peu Andrew Livingston, jusqu’à présent sous-chef du réputé Enoteca, les deux francophones accueillent chaque visiteur comme s’il s’agissait d’un membre de la famille. Parce que plus qu’un lieu, c’est avant tout un art de vivre que l’on défend chez Cordova.

(1) Cordova Tapas and Wine, 93, rue Albert. Cuisine ouverte jusqu’à minuit (les mardis et mercredis) et jusqu’à 2 h du matin (du jeudi au samedi).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici