Lara Ciekiewicz. Crédit photo : Gracieuseté Orchestre symphonique de Winnipeg

L’Orchestre symphonique de Winnipeg et le Choeur philharmonique de Winnipeg offriront le célèbre Requiem de Fauré, le Gloria de Poulenc et les Trois chansons métisses de Forsyth. Pour la soprano winnipégoise Lara Ciekiewicz, une belle façon de marquer le 200e anniversaire de l’arrivée de Provencher.

Par Daniel BAHUAUD

Lara Ciekiewicz a hâte aux 23, 24 et 25 mars (1). Pour la première fois, la soprano winnipégoise chantera le célébrissime Pie Jesu du Requiem de Gabriel Fauré.

« Lorsque je fréquentais l’Université de Winnipeg, à la fin des années 1980, j’ai chanté le Requiem de Fauré, mais à titre de choriste de la Mennonite Oratorio Choir. Et voilà que finalement, je chanterai le Pie Jesu! »

« Ce petit cantique, d’une simplicité et d’une beauté subtilement simples, est célèbre à juste raison. Depuis que je me suis mise à me préparer pour le grand concert à la Cathédrale de Saint-Boniface, je comprends pourquoi Camille Saint-Saëns a dit à Fauré, en 1888, que désormais il n’y avait qu’un seul Pie Jesu, comme il n’y avait qu’un seul Ave verum Corpus – celui de Mozart. »

« Le Pie Jesu est au coeur même du Requiem, et résume bien l’intention de Fauré. Le compositeur voulait un ouvrage simple et chaleureux, qui nous communique directement une réflexion accessible mais profonde sur la vie, la mort et l’espérance d’une vie après la mort. C’est une oeuvre qui rejoint tout le monde. Et qui n’oppresse pas, comme d’autres Requiem. On est appelés à réfléchir sur nos responsabilités morales et sociales, c’est sûr. Mais on est baigné d’optimisme et de tendresse. »

Le Gloria de Francis Poulenc a d’abord été chanté en 1961. Lara Ciekiewicz estime que « ça paraît ». « Les harmonies sont délicieuses, et un peu stravinskiennes. J’ai grandi dans la tradition liturgique ukrainienne. Cette richesse me rejoint beaucoup. De plus, avec le Gloria, on est dans la modernité musicale. J’aime beaucoup les intervalles augmentés, très jazzés, qui dominent l’ouvrage – des septièmes, des neuvièmes. C’est riche. »

« C’est une oeuvre qui rejoint tout le monde. Et qui n’oppresse pas, comme d’autres Requiem. »

« Avant tout, le Gloria est une grande effusion de joie, teintée d’une petite touche de mélancolie. Une grande fanfare de trompettes revient aux temps forts de l’ouvrage, comme pour signaler une confiance née de la réflexion du Requiem. »

La soprano exécutera également des textes profanes, les Trois chansons métisses de la Saskatchewan, du compositeur Malcom Forsyth.

« Le petit cordonnier, l’Adieu de la Mariée et la Chanson de la Grenouillère ne sont évidemment pas des chants d’Église, mais je crois que ces textes sont tout à fait de mise. Étant donné les liens étroits entre l’Église de l’Ouest et les Métis, et le fait qu’on retrouve une Vierge métisse à la Cathédrale de Saint-Boniface. On met en valeur les premiers grands croyants de l’Ouest. »


(1) Le concert Fauré et Poulenc sera présenté en la Cathédrale de Saint-Boniface les 23 et 24 mars à 20 h, et le 25 mars à 14 h. Billets : 36 $ avec le code FRANCOFONDS, au 204-949-3999.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici