De 9 à 12 ans, Maxime Kornachuk se consacre à la gymnastique, pour ensuite glisser vers la danse. Aujourd’hui, c’est la passion du cirque qui l’anime. En juillet prochain, il participera à un programme de l’École nationale de cirque de Montréal.

Par Marie BERCKVENS

Le jeune doué commence sur les bancs de la gymnastique, aux anneaux, aux barres parallèles ou encore au cheval d’arçons. Une expérience qu’il ne regrette pas : « La gym m’a beaucoup aidé au début. Mais une fois que j’ai commencé à mettre plus d’efforts dans la danse, la danse a vraiment fait évoluer mes habiletés acrobatiques. Ça me permet de m’exprimer plus, avec mes émotions, mais aussi artistiquement. En gym, c’est plus difficile de réaliser ses rêves, surtout pour les hommes. Tu dois être costaud, super fort. Avec la danse, tu peux montrer quand même une part de vulnérabilité. »

Aujourd’hui, étudiant en 10e année au Collège Louis-Riel, Maxime Kornachuk partage son temps entre l’école et la danse. Durant la semaine, il passe plus de 14 heures au Encore Studios, situé rue Marion. Ses efforts viennent d’être récompensés. Aux Canadian National Dance Championships qui se tenaient du 23 au 29 avril à Winnipeg, il a remporté plusieurs épreuves. Et une bourse de 2 000 $ pour partir en stage à New York.

Sur Instagram, il a partagé un concentré de ses émotions : « Honnêtement, je ne pourrais pas être plus reconnaissant après cette folle semaine. J’ai pleuré, j’ai ri, je me suis évanoui pendant quelques minutes, et j’ai eu le plus grand sourire de tous les temps. Je ne peux pas y croire. J’ai vraiment été béni de recevoir cette bourse pour étudier à New York. »

L’année dernière, l’adolescent de 16 ans a vu le spectacle Kurios du Cirque du soleil. Durant le numéro de trampoline, il est resté admiratif au point d’en perdre les mots. « C’était époustouflant. J’étais bouche bée. Depuis que je suis très jeune, j’ai toujours voulu voler. Être capable de faire du trampoline, c’est avoir cette illusion et cette sensation de voler. »

Après ce déclic, il se met à la recherche d’un stage pour se perfectionner dans cette discipline. Il en parle autour de lui et découvre que l’École nationale de cirque de Montréal propose un programme d’été. « La soirée avant l’audition, j’ai dit à ma mère, Monique LaCoste : Maman, est-ce que je peux auditionner pour ce programme d’été à Montréal? Elle m’a dit : Quand est-ce que c’est? J’ai répondu : Demain. J’y suis allé à l’aveuglette, on peut dire. Je ne savais pas à quoi m’attendre. J’étais prêt à tout faire. Et ça a marché. »

Lorsqu’il parle de trampoline, Maxime Kornachuk a des étoiles plein les yeux. Son rêve aujourd’hui : « Travailler avec le Cirque du soleil, ou juste performer. J’aimerais faire de la performance ma carrière. » Entre la gymnastique, la danse et l’acrobatie, le jeune doué ne peut choisir. « Je suis très reconnaissant d’avoir commencé avec la gym. Grâce à ça, en danse, j’ai plus de fluidité dans mes mouvements. Vraiment, je ne laisserai jamais tomber la danse. La danse, c’est ma vie. Pratiquer l’art du cirque maintenant, c’est un peu comme mélanger les deux ensemble.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici