Roger Léveillé pose au Studio de la Maison des artistes visuels francophones devant sa pièce Généalogie de Lieu, complétée en 2000. Crédit photo: La Liberté

Compositions, la dernière parution de l’auteur Roger Léveillé, (nom de plume J.R. Léveillé), se joue des normes des œuvres littéraires. Bien que rempli de mots, des œuvres visuelles composent cet opus. Exploration d’une mise en abîme.

Par Catherine DULUDE

S’entretenir avec Roger Léveillé relève un peu d’un pas de deux, où les mots constituent à la fois un sens et une mélodie. Conscient de la musicalité de ses propos, le prolifique auteur raconte sa dernière création. « Le su se trouve entre le lu et le vu. Compositions, c’est une aventure d’écriture, une observation sur elle-même. »

Les mots compris comme matière première forment des œuvres visuelles exposées à la Maison des artistes visuels francophones, en plus d’être imprimées dans un recueil. L’expérience livresque dessert aussi un objectif pragmatique. « La publication en livre des œuvres visuelles garantit leur survie. Sinon, ça se perd. » Les œuvres imprimées et exposées comprennent : Extrait (1983), Généalogie de Lieu (2000), PièCES à conViction (1999) et Litanie (2008).

L’expérience de découverte s’avère bien sûr différente au mur que sur une page. Dans les deux cas cependant, l’on voit des écrits avant de chercher à les lire. À l’instar des Plasticiens des années 1950-1960, tel Guido Molinari dont la peinture était à la fois médium et finalité, Roger Léveillé explore les mots et le texte dans cet ouvrage plus plastique que littéraire.

« Bien qu’elle se tienne à la Maison des artistes, ce n’est pas une exposition d’artiste. C’est à la fois une exposition et une publication. La littérature, c’est comme la peinture. Dans cette œuvre, la littérature se pense. Étudiant, j’avais longuement hésité entre les lettres et les beaux-arts. Ce déchirement refait surface avec Compositions. »

Mais les lecteurs/amateurs d’art visuel n’ont pas trop à s’en faire quant à la manière d’aborder son livre. Roger Léveillé se veut d’ailleurs rassurant. « Ce n’est pas une lecture linéaire. C’est au lecteur de tisser sa propre fiction. Je veux surtout qu’il s’amuse en le parcourant. »

 

(1) L’exposition de Compositions se déroule jusqu’au 9 juin 2018 à la Maison des artistes visuels francophones, au 219 Provencher à Saint-Boniface. Le livre Compositions est publié aux Éditions du Blé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici