L'état de la forêt après l'incendie à Piney. Crédit photo: La Liberté

Sur le site de la Province du Manitoba, les chiffres indiquent qu’à ce jour en 2018, 184 feux de forêt ont fait des ravages au Manitoba. Au moment d’écrire ces lignes, 45 feux de forêt, dont 24 dans la région centrale de la province, étaient actifs.

La Liberté s’est entretenue avec Mélanie Parent, conseillère de la Municipalité de Piney et Michael Doig, forestier régional pour l’Est de la province, pour aborder l’impact des feux et la manière dont les forêts sont renouvelées.

Par Daniel BAHUAUD

En avril, un feu de plus de 47 kilomètres carrés a rasé une étendue de forêt dans la région de Badger, village de la Municipalité rurale de Piney, au Sud-Est de la province. 4 800 hectares, soit 12 000 acres de forêt, ont été détruits par les flammes.

Près de 560 pompiers ont travaillé à circonscrire l’incendie. Début mai, le feu était sous contrôle.

Mélanie Parent estime que la région « l’a échappé belle ».

« On surveillait de près les flammes, qui sont venues à deux kilomètres du village de Badger, qui est une île dans une mer d’arbres. Lors des rencontres d’urgence du conseil municipal, il était clair qu’une évacuation de la soixantaine de résidences devait être envisagée. »

Au bout du compte, l’évacuation n’a pas été nécessaire. Or comme le rappelle Mélanie Parent, les résidents de Badger ont déjà été évacués en 2012.

Mélanie Parent, en auto-portrait dans la forêt incendiée, tout près de Badger

« Les flammes de ce printemps ont rasé la même région qu’il y a six ans. C’est terrible. Les nouveaux sapins avaient à peine eu la chance de grandir. Ils n’étaient pas assez mûrs pour produire des cocottes. Ça va donc être difficile de faire repousser la forêt. Pourtant, la région en dépend beaucoup. »

La région des Sandilands dépend largement du tourisme et de l’industrie forestière. « La Municipalité a une superficie de 2 400 km carrés, dont 267 kilomètres carrés sont habités ou développés. Le reste, c’est de la forêt.

« L’hiver, les gens se rendent sur les pistes de motoneige. L’été, ces mêmes sentiers servent aux véhicules tout terrain. Les touristes viennent aussi faire la cueillette des bleuets et des champignons sauvages. L’automne, c’est la chasse. »

De plus, quelque 60 entreprises ou individus détiennent un permis de coupe de bois de la Province dans la région, délivré par le ministère du Développement durable. C’est ce ministère qui est également responsable de la plantation d’arbres, par le biais de Foresterie Manitoba.

Michael Doig, est forestier depuis 25 ans, et forestier responsable pour la région de l’Est depuis 2012 : « Notre objectif, en tout temps, est d’assurer le maintien à long terme de nos forêts. Lorsqu’un incendie rase une section de forêt, nous avons deux options : laisser faire la nature ou intervenir.

« Dans bien des cas, la repousse des arbres peut se produire naturellement. Dans le cas de l’incendie dans la région de Badger, il faudra replanter. Après le feu de 2012, la région est trop endommagée. »

Avant de replanter, Foresterie Manitoba effectue une coupe d’arbres dans la région incendiée, question de déboiser pour la replantation et de récupérer autant de bois d’oeuvre que possible. Michael Doig élabore : « En 2008, un feu de 4 000 hectares dans la région de Sandilands a été allumé accidentellement par un VTT. On a pu récupérer beaucoup d’arbres morts pour les scieries de Piney et du Sud-Est manitobain. Les espaces ouverts ont été replantés. Entre 2009 et 2011, on a planté plus de trois millions d’arbres. Aujourd’hui, le long de la route provinciale 404, on remarque des sapins de deux mètres. »

Depuis 2008, Foresterie Manitoba a planté à tous les ans dans la région de l’Est entre 1,5 million et 1,6 million d’arbres, à une concentration de 2 000 à 2 400 semis par hectare.

« Dans chaque cas, nous remplaçons les arbres morts avec la même espèce. Une forêt de conifères demeurera une forêt de conifères. La plupart des bois durs, comme le mélèze et le peuplier, se reproduisent suffisamment rapidement pour que ces forêts repoussent naturellement. D’habitude, ce sont les conifères que nous plantons.

« Nous effectuons nos analyses et préparatifs à l’automne. Ensuite, nous embauchons des contractuels expérimentés, qui assurent la plantation d’arbres au printemps. »


Où trouver les semis?

En avril, le gouvernement Pallister a annoncé la fermeture au 31 décembre 2018 de la pépinière provinciale de Pineland à Hadashville, qui était ouverte depuis 1953.

La décision aura-t-elle un impact sur l’obtention de semis?

Michael Doig, le forestier en chef pour la région de l’Est, croit que non. « Pineland a longtemps été un fournisseur de petits arbres pour Foresterie Manitoba. Mais nous sommes déjà en train d’étoffer nos listes de pépinières privées. Nous sommes confiants que nous pourrons obtenir les semis requis sur le marché ouvert. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici