Le chanteur Matt Holubowski sera sur la scène du Winnipeg Folk Fest le samedi 7 juillet à 22 h 45 et le dimanche 8 juillet 2018 à 12 h 45. Photo : Gracieuseté Marc-Étienne Mongrain

Après deux mois et demi de tournée solo en Europe, Matt Holubowski a retrouvé son band. Avec un spectacle adapté à sa vadrouille estivale, l’artiste québécois sera présent au Winnipeg Folk Fest samedi 7 et dimanche 8 juillet 2018. (1)

Par Morgane LEMÉE

Matt Holubowski se rend à Winnipeg pour la première fois. « Je n’ai entendu que des bonnes choses du Winnipeg Folk Fest. On se sent très choyé de faire partie de la programmation. Une telle invitation, c’est toujours un honneur. Le Québec, c’est notre patelin principal, mais on travaille de plus en plus pour exister ailleurs aussi. »

Représenté par la maison de disque indépendante québécoise Audiogram depuis 2015, Matt Holubowski a déjà deux albums à son actif : Ogen, Old Man (2015) et Solitudes (2016). Son succès, il le considère récent. « J’ai toujours apprécié la musique. L’écriture était là depuis longtemps. Mais je n’ai jamais pensé que j’avais un talent particulier. J’ai commencé tard. J’ai appris le chant vers 21 ou 22 ans. Ça a surtout décollé durant les trois dernières années. »

Matt Holubowski est un véritable baroudeur. Lui-même l’affirme : « Mon premier amour, c’est le voyage. Le deuxième, la musique. Voyager, rencontrer les gens, être époustouflé par des expériences différentes. Toute cette dimension sociale et ce développement personnel me parlent beaucoup. »

Son dernier clip vidéo, pour sa chanson Dawn, She Woke Me, porte les marques de son âme voyageuse. L’Islande, la Serbie, l’Égypte, le Maroc ou bien l’Irlande : en trois minutes trente, les images des aventures de Matt Holubowski, qu’il archive depuis plusieurs années, défilent au gré de sa chanson. C’est la fusion de ses deux amours.

« À 21 ans, j’ai fait un échange universitaire à Paris. C’était la première fois que je voyageais et j’ai vécu un déclic : Je veux faire ça pour toute ma vie. Ça a évidemment teinté mes écrits et ce que j’essaye de partager à travers la musique. Quelque chose de similaire à ce que je reçois en voyageant. Une expérience qui me fait réfléchir, rêver, et parfois oublier aussi. »

Enfant d’un père d’origine polonaise et d’une mère québécoise, Matt Holubowski navigue entre l’anglais et le français depuis sa naissance. Ce dualisme linguistique se retrouve dans sa musique. « Au Québec, il y a une relation très complexe et complexée avec la langue. Solitudes, c’est un hommage au récit canadien Two Solitudes, de Hugh MacLennan. Moi, je suis le résultat de l’immigration. Mes deux langues premières sont l’anglais et le français. C’est vraiment une chose qui m’a beaucoup habité dans mon identité et dans ma façon de voir notre pays. Je parle tout le temps du fait qu’il faut contribuer dans les deux langues du Canada et être solidaire envers l’autre langue. Il est normal que j’applique cette façon de voir dans mes chansons aussi. »

C’est quoi la vie? L’amour, la religion, la mort? Le premier album de Matt Holubowski regorge de questions. « Le premier disque, c’est un peu l’accumulation de tous les premiers écrits. Ce sont tous mes questionnements de début de vingtaine. À l’époque, j’étudiais en sciences politiques et philosophie à l’université, alors ces interrogations revenaient souvent. »

Bien qu’il soit important de se questionner et de porter ses réflexions sur la société canadienne, l’artiste trentenaire prend une nouvelle direction dans l’écriture de son troisième album. « Ces questionnements sont parfois un peu trop intenses! La musique, c’est pour beaucoup une façon de s’évader. J’ai un peu plus envie de faire ça pour la suite. Je m’intéresse alors à des thématiques plus abstraites et joyeuses. Dans un monde idéal, le prochain album sera prêt pour septembre 2019. »

________________________________________________________________________

(1) La 45e édition du Folk Fest a lieu du 5 au 8 juillet 2018, au parc provincial Birds Hill, à une vingtaine de minutes au nord-est de Winnipeg. Prix des billets et informations générales sur : www.winnipegfolkfestival.ca

________________________________________________________________________

Un 45e dans la nostalgie et la diversité

« La force du Folk Fest réside dans nos ateliers, souligne Irina Ivanov Bissonnette, manager marketing et communication du Winnipeg Folk Fest. Cette année, deux sont très spéciaux dans le cadre du 45e : The Jukebox ’74, qui aura lieu le vendredi à 11 h 30 et qui rendra hommage aux chansons présentées en 1974, et Celebrating 45 Years Stan Rogers Sing-Along, le samedi, à 11 h.

Notre programmation est axée sur la diversité féminine. Plus de 50 % de nos artistes sont des femmes. Nous avons également une programmation autochtone, notamment avec deux ateliers, Nigaan Inaabin le vendredi à 14 h 15, avec des artistes autochtones du Manitoba, d’Alberta et d’Australie, et un second atelier le samedi à 16 h 15. Évidemment, la place des artistes francophones est importante dans la programmation du Folk Fest et ce, depuis ses tout débuts. »

Le Winnipeg Folk Fest s’attend à voir plus de 70 000 personnes durant la fin de semaine de quatre jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici