Le 5 juillet. Premier jour du vote par anticipation. Au bureau électoral, les agentes de révision Raymonde Malawski et Carrie Berthelette font la collecte manuelle des données, tandis que Lynne Rochon effectue la vérification numérique. Photo : Daniel Bahuaud

Élection partielle en juillet, nouvelle liste électorale et nouveaux contrôles. Pour Lynne Rochon et son équipe d’Élections Manitoba dans la circonscription de Saint-Boniface, ce ne sont pas les défis qui manquent!

Par Daniel BAHUAUD

Lynne Rochon est directrice du scrutin pour la division électorale de Saint-Boniface.

En poste depuis le début d’avril, la francophone, qui a déjà été directrice du scrutin pour Southdale en 2016 et pour Riel en 2011, s’est tout de suite activée :

« On savait que la nouvelle liste électorale permanente, obligatoire depuis la modification de la Loi électorale du Manitoba de novembre 2017, allait apporter de nouveaux défis.

« Dès la démission de M. Selinger en mars, on s’est mis au travail. Il fallait d’abord s’assurer d’identifier autant d’électeurs possibles dans la circonscription et de les ajouter à la liste que nous avions déjà en main. Question de maximiser le nombre de votants admissibles sur la liste.

« J’ai embauché huit personnes pour travailler avec moi au bureau du directeur du scrutin, situé au 744, rue Archibald, et embauché 21 personnes pour frapper aux portes des nouveaux immeubles et des nouvelles maisons de la circonscription. Cette inscription ciblée, qui a été tenue du 1er au 15 mai, ressemble au traditionnel recensement ponctuel des électeurs, avec pour différence que toutes les données sont inscrites électroniquement au bureau. »

Le 19 juin, avec l’annonce que l’élection partielle allait être tenue le 17 juillet, Lynne Rochon a rouvert le bureau électoral au 744. Neuf agents de révision ont été embauchés, pour continuer de mettre à jour la liste électorale et se préparer au vote par anticipation, qui a début le 5 juillet au 744, rue Archibald et au Club Éclipse (255 avenue de la Cathédrale), et qui se termine le 12 juillet.

« Le vote par anticipation est à la hausse depuis les deux dernières élections. En 2007, 10 % des électeurs ont voté à l’avance. En 2011, ils étaient 18 % et en 2016, 25 %. Les 5 et 6 juillet, le Club Éclipse a été particulièrement achalandé. En tout, 232 personnes ont voté le 5 juillet et 108 le 6 juillet. En fin de semaine, ces chiffres ont chuté (60 personnes le 7 juillet et 57 personnes le 8 juillet). C’est possible que certains aient voulu voter le plus tôt possible avant de partir en vacances, ou au chalet. Mais à ce point-ci, c’est encore difficile de savoir si le vote par anticipation sera encore plus populaire qu’aux élections générales.

« On est au beau milieu de l’été. On se retrouve dans une situation des plus rares. Selon le site web de l’Assemblée législative, il n’y a pas eu de partielle en juillet ou en août depuis au moins 1980. On ignore l’impact sur la participation des Bonifaciens. »

Autre défi : le virage vers une liste électorale numérique. « Les agents de révision qui accueillent les électeurs font toujours la vérification des données à la main, avec la liste imprimée. Ils corrigent les erreurs au stylo. Mais en même temps, un employé fait l’entrée des données ou leur vérification dans le nouveau système numérique. On espère que pour la prochaine élection générale, on aura presque éliminé le besoin d’une vérification manuelle. »

Le 17 juillet, l’équipe de Lynne Rochon passera à 140 employés, qui travailleront dans les 18 bureaux de scrutin.

« En 2016, il y avait 49 sections de vote. On a agrandi les aires de vote pour que 500 personnes se rendent à un même bureau, au lieu de 350 personnes. En partie, c’est parce que près d’un quart des votants admissibles auront tout probablement déjà voté.

« Nos scrutateurs auront tout de même du boulot. Les électeurs doivent produire soit leur nouvelle carte d’information de l’électeur qu’ils ont reçue par la poste ainsi qu’une pièce d’identité avec photo, ou encore deux pièces d’identité. C’est un processus qui peut allonger un peu le temps que ça prend pour voter.

« On peut tous se consoler qu’une fois bien sur la liste électorale, on peut encore voter avec un billet de vote en papier et un crayon, comme dans le Bon vieux temps! »

________________________________________________________________________

Tout faire pour la participation

Lynne Rochon résume la situation. « On est au beau milieu de l’été. On se retrouve dans un cas des plus rares. Selon le site web de l’Assemblée législative, il n’y a pas eu de partielle en juillet ou en août depuis au moins 1980. On ignore l’impact sur la participation des Bonifaciens.

« Le vote par anticipation est à la hausse depuis les deux dernières élections. En 2007, 10 % des électeurs ont voté à l’avance. En 2011, ils étaient 18 % et en 2016, 25 %. Depuis le 5 juillet, le Club Éclipse a été particulièrement achalandé. C’est possible que certains aient voulu voter le plus tôt possible avant de partir en vacances. À ce point-ci, c’est difficile de savoir si le vote par anticipation sera encore plus populaire qu’aux élections générales. Et quel sera le taux de participation au bout du compte. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici