Armelle Alhéritière, coordonnatrice du Festival des films francophones au Manitoba Cinémental 2018 (photo : Marta Guerrero).

Après une première série de projections au Centre culturel franco-manitobain la semaine passée, la 27e édition du Festival des films francophones au Manitoba Cinémental se déplacera au cinéma Silver City St.Vital du 26 au 28 octobre avec plus de films et d’horaires qu’à l’ordinaire.

La sélection pour Cinémental a été effectuée au fur et à mesure de l’année. Armelle Alhéritière, la coordonnatrice, détaille : « Nous essayons d’extraire les meilleurs films qui sortent en langue française. Nous dressons une liste, puis nous choisissons ensemble ceux que nous garderons pour le festival. L’un des gros enjeux pour la sélection est que le film doit être distribué au Canada. Nous souhaitons aussi projeter des films avec sous-titres, pour les rendre accessibles à tout le monde. Nous avons eu environ 1 600 spectateurs l’année dernière. Nous pouvons en avoir jusqu’à 4 000. Donc il y a du potentiel. »

Deux soirées spéciales ont été organisées à l’occasion du festival. « Nous avons invité des membres de l’équipe du film 1991 pour une soirée organisée par le Centre culturel franco-manitobain (CCFM). Pour la projection de La Bolduc, le 100 NONS nous a permis de faire venir Suzanne Dupuis, une chanteuse de Lorette, pour turluter avant la projection. »

Cette année, le Festival Cinémental a proposé 21 longs métrages en langue française diffusés au CCFM et au cinéma Silver City St. Vital. Armelle Alhéritière indique : « Nous voulions augmenter l’offre par rapport aux années précédentes. Pour ce faire, nous avons rajouté une plage horaire les samedis et dimanches après-midi. Nous avons aussi proposé une compétition de courts métrages manitobains, qui s’est déroulée au CCFM le 21 octobre, et le volet Kino. »

Lancée il y a cinq ans, le volet Kino est une compétition où des équipes de cinéastes amateurs doivent filmer et monter un court métrage en 48h autour d’un thème tiré au sort au départ. Les films réalisés sont ensuite diffusés et évalués pendant la compétition de courts métrages.

Une autre projection de courts métrages francophones a eu lieu au café Forth le 17 octobre. « Certains films que nous avons reçus étaient trop longs pour la compétition de courts métrages, mais nous voulions tout de même les partager. »

Du côté des longs métrages, on en trouve pour tous les goûts. « Un quart des films programmés sont des comédies. Nous avons aussi sept films canadiens, dont 1991 de Ricardo Trogi, qui a été le plus gros succès de l’année au Québec, et Chien de garde, de Sophie Dupuis, sélectionné aux Oscars. Nous sommes également très fiers de pouvoir présenter des films qui ont fait parler au Festival de Cannes, comme Climax, de Gaspar Noé, et En guerre, de Stéphane Brisé. Et nous proposons un film d’animation, Les as de la jungle, de David Alaux. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici