Michel Tremblay, directeur général de la société Santé en français (gracieuseté Francopresse).

Objectif : améliorer l’accès aux soins de santé en français

Mireille E. LeBlanc (Francopresse)

Au Nunavut, la télémédecine donnera accès aux francophones à des services de santé mentale confidentiels. À Vancouver, un plan d’affaires préparera le terrain pour l’ouverture d’un centre communautaire bilingue qui offrira des soins de santé en français. Au Manitoba, une stratégie provinciale pour des ressources humaines bilingues sera développée pour combler les besoins de la population francophone.

Ces trois exemples choisis offrent un aperçu des multiples projets qui forment la programmation nationale Parcours Santé 18-23 — Passer à l’accès de la Société Santé en français (SSF) lancée le 7 novembre à Ottawa.

Selon le directeur général de la SSF, Michel Tremblay, le but ultime de Parcours Santé 18-23 est d’améliorer l’accès à des services de santé de qualité et sécuritaires en français aux communautés francophones et acadiennes en situation minoritaire au Canada. « Avec nos nouveaux fonds du gouvernement fédéral, nous nous sommes donné cinq grandes destinations : améliorer l’accès à des services de santé francophones ou bilingues; recruter et valoriser les ressources humaines bilingues; améliorer les normes; travailler pour que les communautés se prennent en main; et intégrer la valeur linguistique dans les bases de données », énumère-t-il.

Pour atteindre ces objectifs, la SSF a sollicité des projets auprès de seize réseaux de santé en français partout au pays. Quarante-deux projets provinciaux, territoriaux et régionaux (santefrancais.ca/projets/) se partageront maintenant près de 3 millions $ de Santé Canada au cours des trois prochaines années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici