Évasio Murenzi est né à Kigali, au Rwanda. Réfugié depuis l’âge de cinq ans il a fait son chemin, de pays en pays, vers le Canada où il s’est installé à Winnipeg en 1985. J’y suis, j’y reste.

Par Évasio Murenzi

Je me suis retrouvé seul avec mes deux jeunes filles. Que faire? À quoi m’attendre suite à ce changement? Quelles sont les priorités? Vie sociale, école, domicile, emploi du temps, mes cours universitaires? Comment jouer double personnalité et par où commencer? Il faut que rien ne manque du quotidien dans la vie de mes enfants, l’école, les activités comme la natation, gymnastique, leçons de musique, dance et surtout maintenir leurs relations sociales avec leurs amies.

Une autre question se pose, en tant qu’homme, à qui vais-je poser des questions concernant les filles? Elles vont grandir et auront leurs menstruations. Je comprends que les questions concernant les femmes, il faut les poser aux femmes. Alors les relations que j’avais avec les mamans des amies de mes filles prennent une autre tournure.

Ces mamans seront mes ressources qui m’aideront à mieux comprendre mes filles au fur et mesure qu’elles grandiront. Par ailleurs, une autre question se pose, est-ce que les parents des amies de mes filles vont laisser leurs filles passer la nuit avec mes filles chez moi, comme avant? Ce fût une confiance sans égard de la part des parents de laisser leurs jeunes filles dormir avec mes filles chez un homme sans femme et, qui plus est, noir!

Connaissant ma fille ainée, elle ne me dira pas de se préparer pour ses premières menstruations. C’est alors que j’ai demandé des conseils à une des mamans. Elle me répondit que de nos jours les règles peuvent commencer dès douze ans ou même plus tôt. Je me rends compte qu’il est temps de m’approvisionner en produits hygiéniques féminins. Arrivé à la pharmacie, je demandai à rencontrer un pharmacien sans préciser de quoi il s’agissait. On m’envoya un pharmacien d’un certain âge et je lui dis que je préfèrerais une pharmacienne, ce qui offusqua le monsieur. Une jeune pharmacienne, heureusement, choisit donc un article qu’elle préférait en m’expliquant les raisons. Arrivé à la caisse avec une quantité industrielle, la caissière n’a pas pu se retenir en disant :

– I wish my husband were like you!

Une fois rendu à la maison, je me demandais comment présenter la marchandise à ma fille? J’ai mis quelques échantillons dans un tiroir de la salle de bain que je laissais ouvert pour exposer le produit. Chaque fois que ma fille ainée quittait la salle de bain, à son insu je courrais voir et je constatais que le tiroir était refermé. Quelques mois passèrent sans que rien ne soit touché! Alors je me suis dit que peut-être avait-elle trouvé des substituts! Après trois ans et demi, je me suis rappelé d’aller vérifier, les paquets étaient presque vides. Heureusement, je l’ai remarqué à temps pour un nouvel approvisionnement!

Maintenant mes filles sont devenues de grandes dames de vingt et vingt-trois ans et elles ont conservé leurs amitiés de jeunesse.

Par ailleurs, chaque année à la Fête des mères, mes filles me souhaitent « Bonne Fête des Mères, Papa! »

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici