Joël Grenier entouré de son cousin Charles Tétrault et de son oncle Lucien Grenier, tous deux membres actifs du comité de Saint-Labre 200, lors du 36e Gala annuel de l’action bénévole. Photo : Gracieuseté Danielle Grenier

Résident de Saint-Labre, Joël Grenier a reçu le 11 avril dernier le prix du bénévolat Changer le monde lors du 36e Gala annuel de l’action bénévole à Winnipeg.

 

Par Camille HARPER

À Saint-Labre, son village natal et de résidence, tout le monde connaît Joël Grenier. Depuis de nombreuses années, il donne de son temps pour sa communauté de multiples façons. Sa générosité a été célébrée au Gala de l’action bénévole.

« Je ne m’attendais pas à recevoir ce prix, confie l’homme, touché. J’ai presque toujours vécu à Saint-Labre. Donc c’est tout naturel pour moi de donner pour ma communauté. »

Entre autres, Joël Grenier est pompier bénévole depuis cinq ans et chef des pompiers à la caserne de Woodridge depuis trois ans. Il offre aussi des tournées de la ferme laitière familiale en français et en anglais aux écoles.

Mais surtout, il est connu pour avoir mis sur pied avec son frère François, il y a dix ans, St Labre 200, une course estivale de Go-kart qui permet aujourd’hui de collecter de 16 à 18 000 $ par an pour des organismes communautaires.

Joël Grenier se souvient : « Au début, c’était juste pour le fun. On construisait des Go-kart avec mon père Adrien et on aimait ça. Donc on s’est dit que ce serait intéressant d’organiser une course. » À St Labre 200, les équipes doivent construire leur propre Go-kart un jour et faire 200 tours de piste avec le lendemain.

« Dès la première année, ça a été très bien reçu par la communauté et on a pu collecter 1 700 $ sans l’avoir vraiment cherché. On a redonné cet argent à la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

« Depuis, chaque année on redonne à la communauté au sens large. On a un comité de sélection qui décide chaque année à qui on va donner. Le monde peut faire demande en mars. On change toujours pour essayer d’étendre l’argent le plus possible, de faire du bien à autant de monde que possible. »

Par ailleurs, depuis trois ans, Joël Grenier se porte aussi bénévole dans les programmes scolaires, notamment au camp MTS (Mathématiques-technologie-sciences) de la Division scolaire franco-manitobaine pour les 4e à 6e année, pour enseigner aux jeunes comment construire un Go-kart du début à la fin.

« J’aime donner de mon temps pour transmettre mes connaissances et ma passion de la mécanique, de l’agriculture, et du français », assure le récipiendaire du prix Changer le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici