L’historien Yves Frenette. Photo : gracieuseté d’Yves Frenette

Il caressait le projet depuis quelque temps déjà. Ça y est, le professeur Yves Frenette de l’Université de Saint-Boniface partira sur la piste des francophones d’Amérique! À compter de septembre et pendant sept ans, avec quelques dizaines de collègues, il compte remonter le temps pour mieux connaitre les chemins de traverse empruntés entre 1640 et 1940 par, notamment, tous ces Franco-Manitobains, Québécois, Acadiens ou encore Français venus en terre d’Amérique.

 

André MAGNY (Francopresse)

 

Professeur d’histoire à l’Université de Saint-Boniface et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les migrations, les transferts et les communautés francophones, Yves Frenette mentionne que ce projet est né d’un multiple partenariat. Les milieux universitaire, muséal et patrimonial seront réunis pour chercher, rassembler et diffuser les informations recueillies autour « du mouvement de migration », mais aussi à propos « des circulations culturelles comme la langue », explique-t-il.

De nombreux chercheurs associés à cette étude — une bonne quarantaine — proviennent non seulement des principaux foyers francophones en Amérique du Nord, mais également, entre autres, de la France, de la Belgique et de la Suisse. Trois siècles de migrations francophones en Amérique du Nord peut aussi compter sur l’apport d’une vingtaine d’organismes comme la Société historique de Saint-Boniface, le Musée du Fjord au Saguenay, ou encore la Frenchtown History Foundation basée dans l’État de Washington.

C’est sans doute la première fois qu’une étude d’une telle ampleur sera effectuée. Pour Yves Frenette, à terme, le projet aura examiné « les mouvements et processus migratoires des francophones nord-américains, les circulations culturelles et linguistiques qui les ont accompagnés comme la langue et, enfin, les récits auxquels ils ont donné lieu. » Par récit, M. Frenette précise, par exemple, les lettres écrites par ces francophones partis à l’aventure.

Des communautés ciblées

Quatre groupes feront l’objet de cette vaste enquête. Les Acadiens, dont les origines remontent au début du 17e siècle et dont le déploiement sur la côte atlantique est bouleversé par le Grand Dérangement (1750-1800); les Canadiens français, issus de la vallée du Saint-Laurent à partir du 17e siècle et qui, progressivement, deviennent présents dans l’ensemble de l’Amérique du Nord; les Métis, nés de la rencontre entre Européens et Premières Nations, qui occupent à la fin du 18e siècle et au 19e siècle de grands pans du centre et de l’ouest du continent; les migrants provenant de France, de Belgique, de Suisse et — ô surprise! – de Syrie (y compris le territoire de l’actuel Liban) qui séjournent ou s’établissent sur le continent. Le Saguenay, Québec, Montréal, la péninsule acadienne, la baie Sainte-Marie, le Manitoba, le Midwest américain, le Michigan (en particulier la péninsule de Keweenaw), le Minnesota et Washington seront examinés à la loupe au fil de ces sept ans de travaux.

Et la Louisiane? Elle n’y est pas? « Non, car il s’agit d’une autre dynamique migratoire », selon M. Frenette, en raison de la présence des Noirs. La question raciale — la Louisiane était une société esclavagiste — aurait demandé une certaine expertise dans le domaine au groupe de chercheurs « que nous n’avons pas nécessairement », confie l’universitaire. 

Un site interactif

Pouvant compter sur sa myriade d’experts, le directeur de la recherche utilisera avec ses collègues plusieurs ressources pour suivre les traces de tous ces francophones. Diverses bases de données comme le fichier de population BALSAC, initiée en 1972 à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sous la gouverne du professeur Gérard Bouchard, et qui contient plus de 3 millions d’actes se rapportant à près de 5 millions d’individus et couvrant près de quatre siècles, contribueront à la recherche.

Mais il n’y a pas que des ressources universitaires qui seront mises de la partie. La population sera appelée à participer à sa façon à cette gigantesque enquête. Celles et ceux qui le souhaiteront pourront partager avec les chercheurs lettres ou documents familiaux servant à retracer l’odyssée de leurs aïeux. Un site interactif sera mis en ligne dès la fin du mois de septembre. Les gens pourront suivre ainsi l’état des recherches. « On n’attendra pas la fin de celles-ci pour faire connaitre notre travail à la population », mentionne le professeur québécois. « On va également produire des podcasts pour les touristes, qui visiteront les régions que nous répertorierons. » Se pourrait-il que le professeur Frenette s’associe en cours de route avec d’autres partenaires comme le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique? L’historien ne ferme pas la porte à d’autres éventuels partenariats.

À une époque où l’arrivée de personnes venues d’ailleurs pose problème à certaines personnes, qu’elles soient de simples citoyens ou des leadeurs de l’espace public, Yves Frenette est au moins convaincu d’une chose : la recherche démontrera que pendant trois siècles, « notre histoire en fut une de migration. 19»


Le travail colossal auquel Yves Frenette et ses compères vont s’attaquer demandera certes du temps, mais aussi des sous. La nouvelle officielle est tombée en juillet dernier. Le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) a décidé d’octroyer près de 2 100 000 $ à Trois siècles de migrations francophones en Amérique du Nord.

Évidemment, le principal intéressé est on ne peut plus heureux de cette décision. Cette somme permettra à M. Frenette de mener à terme un projet qui «nourrira aussi les réflexions sur les enjeux contemporains de l’immigration, de la diversité culturelle et du vivre-ensemble», avance celui-ci. L’historien rappelle également que la recherche donnera lieu à des publications scientifiques importantes. Quant au grand public, il ne sera pas oublié. Il aura accès à la création d’une exposition virtuelle bilingue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici