Hoorieh Rezasoltani a appris le français dans son pays natal, l’Iran. Elle poursuit actuellement son doctorat en langue et littérature française à l’Université du Manitoba. Photo: Mathilde Errard.

Hoorieh Rezasoltani a appris le français dans son pays natal, l’Iran, encouragée par ses parents. Aujourd’hui, la littérature française est pour elle un choix de carrière : la doctorante en langue et littérature française inscrite à l’Université du Manitoba depuis septembre 2018 veut se servir des auteurs canadiens-français pour rapprocher le Canada de l’Iran.
Par Mathilde ERRARD

La porte s’ouvre sur une jeune femme apprêtée, pantalon blanc, petit chemisier coloré assorti à une veste bleu roi. Son appartement . . .

Pour consulter le contenu de cet article dans son intégralité, vous devez être abonné*.

Abonnez-vous ou si vous êtes déjà abonné connectez-vous