Par Sophie GAULIN

La rentrée est souvent signe de nouveauté. D’ailleurs, La Liberté avait prévu d’être présente à la superbe rentrée culturelle organisée par le Centre culturel francomanitobain, le Cercle Molière et Radio-Canada le 4 septembre 2019. Mais voilà : le dimanche 1er septembre un sérieux dégât des eaux dans les bureaux de La Liberté en a décidé autrement.

Jamais dans son histoire plus que centenaire La Liberté n’avait eu à assurer le déménagement d’urgence de tout son personnel. Ce dimanche là en fin de journée, l’équipe qui profitait d’une belle longue fin de semaine s’est mise au travail pour déménager tout l’équipement nécessaire à la production du journal dans de nouveaux locaux au 90 rue Garry, propriété de Crystal Properties.

C’est en effet dans un gigantesque élan de générosité et de solidarité que George Rajotte, Daniel Damphousse et Chelsea Hudson nous ont accueillis dès le dimanche soir dans leurs bureaux de Nova Capital.

Robert-Jean Bétournay, propriétaire de EZ Cut, entreprise voisine de La Liberté, n’a pas non plus hésité une seconde à rentrer en ville et venir le dimanche après-midi aspirer, avant même l’arrivée des experts, les gallons d’eau qui sortaient du plancher.

Notre fidèle spécialiste en informatique, Colin Stanners était à pied d’oeuvre pour rétablir nos connexions réseau dans la bonne humeur et nous permettre de ne pas interrompre la production du journal.

Cet évènement malheureux du 1er septembre m’a confirmé l’engagement et la loyauté sans faille de mon équipe pour le journal et ses lecteurs. J’aimerais remercier chacun et chacune d’entre eux pour leur dévouement, leur conscience professionnelle et leur attitude des plus positives. Merci à mon CA pour son soutien et son aide précieuse. Mais merci aussi à tous ceux et celles qui ont aidé d’une façon ou d’une autre à ce que La Liberté ne manque pas un seul numéro même en situation d’urgence. Une reconnaissance particulière à George Rajotte, Daniel Damphousse, Chelsea Hudson de Nova Capital et Carole Brophy de Crystal Properties de leur empathie et de leur accueil chaleureux.

Cette rentrée journalistique se fait donc sous le signe du miracle de la solidarité et de l’engagement. C’est d’ailleurs ce que nous avons ressenti durant l’été lorsque plusieurs anciens collaborateurs bénévoles ont réaffirmé leur contribution au journal et que de nouveaux participants ont accepté de relever le défi de l’écriture.

Dans le domaine des éditoriaux, analyses et chroniques, vous pourrez continuer de lire Michel Lagacé, Roger Turenne, Raymond Clément, Raymond Héber t, Antoine Cantin Brault, Amélie Tétrault, Julie Lajoie et Jean-Marie Taillefer. Mais vous avez aussi commencé à lire ou vous lirez bientôt de nouveaux points de vue avec les contributions de Carolyne Marchildon, Ariane Freynet Gagné, Christiane Dunia, Marie Morvan ou encore Vishwa Srinivasan.

Rappelons aussi que dès cette semaine, en page 23, vous pourrez retrouver les aventures de Nelson au Manitoba. Cette bande dessinée scénarisée par l’équipe de La Liberté et illustrée par Tadens Mpwené, est rendue possible grâce à une belle contribution financière de la Division scolaire franco-manitobaine. Pour cette troisième saison, nous avons sondé de nouvelles personnes qui ont démontré un intérêt pour Nelson : Murielle Maccès, Julien Ferrer, Félix Perron et Kamakoye Basse.

Le 7 septembre marquait le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. La Liberté vous prépare pour novembre un magazine spécial afin de célébrer cet évènement historique.

Si cette rentrée de septembre a été mouvementée d’un point de vue logistique en raison du dégât des eaux, que nous avons subi, l’optimisme de l’équipe de votre journal reste au beau fixe. Tant et aussi longtemps que la solidarité sera le mot d’ordre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici