Le parlement d’Ottawa. Photo : gracieuseté de Francopresse

Lors des élections fédérales de 2015, 14 francophones ont remporté des sièges à l’extérieur du Québec. Cette année, une quarantaine de francophones se portent candidats dans plus d’une vingtaine de circonscriptions dans les provinces et territoires officiellement de langue anglaise ou bilingue. Au 15 septembre, dans l’Ouest, dans le Nord et en Nouvelle-Écosse, six francophones avaient des chances d’obtenir un siège. Tour d’horizon.

 

Par Guillaume DESCHÊNES-THÉRIAULT (Francopresse)

 

Territoires du Nord-Ouest

Le Franco-Ténois Yanik D’Aigle est le candidat conservateur de cette circonscription d’une superficie de plus d’un million de km2, qui inclut l’entièreté du territoire. M. D’Aigle, dont les enfants fréquentent l’école francophone de Yellowknife, est gestionnaire pour une institution financière. Le députant sortant du Parti libéral, Michael McLeod, est légèrement en avance sur lui dans les intentions de vote. Il est à noter que le candidat vert, Paul Falvo, est à l’aise de s’exprimer en français.

L’élection s’inscrit dans un contexte où les enjeux autochtones occupent une place singulière. Les autochtones représentent 50,7 % de la population totale du territoire. Ce chiffre est de 3,2 % pour les francophones. Le français est l’une des onze langues officielles des TNO avec l’anglais et neuf langues autochtones. Depuis sa création en 1976, la circonscription a changé de mains à plusieurs reprises. Elle a été représentée par un progressiste-conservateur de 1979 à 1988, une libérale de 1988 à 2006 et un néodémocrate de 2006 à 2015, avant de revenir aux libéraux en 2015. S’il est élu, M. D’Aigle ne serait toutefois pas le premier francophone du territoire à siéger aux Communes. Il y a notamment eu Eugène Rhéaume dans les années 1960.

 

Edmonton — Centre (Alberta)

Cette circonscription est la seule qui est présentement détenue par un francophone à l’ouest du Manitoba. Le député franco-albertain sortant, Randy Boissonneault du Parti libéral, a été élu aux Communes pour la première en 2015 avec 37,2 % des voix. Avant d’être élu, M. Boissonneault était connu pour son engagement communautaire, notamment au sein du milieu associatif francophone en Alberta. À la suite de son élection en 2015, il a été nommé conseiller spécial aux affaires LGBTQ2 pour le premier ministre et secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien de l’époque, Mélanie Joly. Pour son travail à ce poste, qu’il a occupé jusqu’à janvier 2017, il a figuré au palmarès 2016 de Francopresse des dix francophones les plus influents à l’extérieur du Québec.

Les francophones représentent 2,8 % de la population de la circonscription d’Edmonton — Centre. La réélection de M. Boissonneault est loin d’être assurée. Il est devancé d’une quinzaine de points par son adversaire conservateur. Il n’est toutefois pas le premier libéral à avoir été élu dans cette circonscription, située dans une province très favorable au Parti conservateur. En effet, ce siège, détenu par les conservateurs sous l’ère Harper, est aussi celui de l’ancienne ministre libérale Anne McLellan, connue pour ses multiples victoires par de très faibles marges. Dans l’histoire de la province, quelques Franco-Albertains sont devenus députés fédéraux, dont l’ancien président de la Chambre des Communes Marcel Lambert et Joseph Miville Dechene.

 

Winnipeg — Centre (Manitoba)

Le député libéral Robert Falcon-Ouellette, autochtone d’origine et francophone, est sur la voie pour être réélu, disposant de plus d’une quinzaine de points d’avance sur ses plus proches adversaires. M. Falcon-Ouellette avait facilement été élu en 2015 avec 54,5 % des voix. À la suite de son élection, ce vétéran des Forces armées canadiennes et candidat défait à la mairie de Winnipeg a été pressenti pour un poste au cabinet. La circonscription de Winnipeg – Centre, où la population francophone se chiffre à 2,2 %, est l’ancien fief du néodémocrate Pat Martin qui a siégé aux Communes de 1997 à 2015.

 

Saint-Boniface — Saint-Vital (Manitoba)

Les sondages laissent présager une lutte très serrée entre deux Franco-Manitobains, soit le député libéral sortant, Dan Vandal, et la conservatrice Réjeanne Caron. M. Vandal, un ancien conseiller municipal pour le quartier de Saint-Boniface à Winnipeg, a été élu pour la première fois en 2015 avec 58,4 % des voix. Durant la dernière législature, il a notamment occupé les fonctions de secrétaire parlementaire au ministre des Services aux Autochtones et de président du caucus autochtone libéral en plus d’avoir siégé au Comité permanent des Langues officielles.

Mme Caron, d’origine métisse, est une ancienne combattante qui possède aussi une longue expérience au sein du Service de police de Winnipeg. Ayant été investie en février 2018, elle a disposé de plus d’un an et demi pour préparer sa campagne et mieux se faire connaitre sur le terrain. La circonscription est de tradition libérale, mais est passée à quelques reprises aux mains des conservateurs. Toutefois, Shelly Glover est la seule conservatrice à avoir été élue pour plus d’un mandat.

La circonscription de Saint-Boniface — Saint-Vital, avec 12,4 % de population francophone, est celle avec le plus grand nombre de francophones dans l’Ouest canadien. Depuis sa création en 1924, la circonscription a été représentée par plusieurs Franco-Manitobains, dont les anciens ministres libéraux Joseph-Philippe Guay, Roger Teillet, Ron Duhamel, Raymond Simard ainsi que par le progressiste-conservateur Léo Duguay. Depuis 1945, un Franco-Manitobain a remporté 20 des 25 élections qui se sont déroulées dans cette circonscription, incluant deux partielles.

 

Nova-Ouest (Nouvelle-Écosse)

Deux Acadiens s’affronteront pour remporter ce siège laissé vacant par le départ du député libéral Colin Fraser. Jason Deveau de la Baie Sainte-Marie cherche à se faire élire sous la bannière libérale. Il est l’ancien chef de cabinet de M. Fraser et s’est fait connaitre dans la région par son engagement au sein de plusieurs organismes communautaires. M. Deveau dispose d’une avance confortable dans les sondages, mais il fera face à un candidat vedette du Parti conservateur, Chris D’Entremont.

Député provincial depuis 2003, M. D’Entremont a toujours été élu avec de fortes majorités. En plus d’avoir joué un rôle de premier plan dans l’adoption de la Loi sur les services en français de la Nouvelle-Écosse en 2004, il a notamment été ministre de la Santé, des Affaires acadiennes et, pour une brève période, des Finances. Dans le cas de l’élection d’un gouvernement conservateur, il serait pressenti pour un poste au cabinet.

Les francophones représentent 13,4 % de la population de la circonscription de Nova-Ouest. Cette circonscription rurale englobe les régions acadiennes de Clare et d’Argyle. Elle a changé d’allégeance à de multiples reprises depuis sa création en 1968. Elle a été remportée à huit reprises par les libéraux et sept fois par les conservateurs. Il s’agit notamment de l’ancien siège du ministre Robert Thibault et du député Gérald Comeau.

 

Sackville — Preston — Chezzetcook (Nouvelle-Écosse)

Le député libéral sortant, Darrell Samson, est candidat et dispose d’une avance confortable sur ses adversaires. M. Samson est un ancien directeur général du Conseil scolaire acadien de la Nouvelle-Écosse. Élu pour une première fois en 2015 avec 48 % des voix, il a délogé le député néodémocrate Peter Stoffer, qui était alors en poste depuis 1997. Durant son premier mandat comme député, il a entre autres occupé le poste de président du caucus libéral des communautés de langue officielle en situation minoritaire et celui de président de la Section canadienne de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Les francophones constituent 2,7 % de la population de la circonscription.

 

Ailleurs

Les projections électorales sont tirées du site 338Canada.com, qui propose un modèle statistique basé sur les tendances électorales, l’évolution démographique et les sondages politiques. Les données utilisées ont été mises à jour le 15 septembre 2019. Les données sur la langue proviennent du recensement de 2016 de Statistique Canada.

Relevons que l’équipe d’ONFR+ a proposé des portraits de circonscriptions d’intérêt pour les Franco-Ontariens et les journalistes de l’Acadie Nouvelle font de même au Nouveau-Brunswick.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici