Marie-France Kenny est conseillère régionale en relations médias. Photo : archives de La Liberté

Déjà avant le début du déclenchement des élections fédérale, Élections Canada savait que l’organisme ferait face à un vrai défi : assurer un service bilingue dans les communautés anglophones et francophones minoritaires.

 

Par Mathilde ERRARD

 

Élections Canada, organisme indépendant et non partisan, qui relève directement du Parlement, a besoin de 300 000 employés pour assurer le bon déroulement du vote. Vote qui se déroulera en deux phases : par anticipation du 11 au 14 octobre et le jour du scrutin, le 21 octobre. L’institution a aussi dû faire face à un autre casse-tête : assurer des services bilingues dans certains bureaux et lieux de vote.

Marie-France Kenny, conseillère régionale en relations médias, fait remarquer qu’Élections Canada ne cherche pas un nombre précis d’employés bilingues, mais vise cet objectif : que dans les communautés désignées bilingues, les directeurs de scrutin parlent français et anglais. Si le directeur de scrutin n’est pas bilingue, il doit se charger de recruter des employés bilingues.

Marie-France Kenny : « On veut s’assurer qu’il y ait au moins une personne qui puisse accompagner les électeurs qui le souhaitent dans chaque étape du vote. Ce n’est pas une tâche facile. Les personnes bilingues sont prisées dans les communautés minoritaires et sont difficiles à trouver, surtout pour des emplois temporaires. Nous avons essayé d’obtenir des directions et du personnel bilingue dans tous nos lieux de vote dans le pays. » Pour Marie-France Kenny en date du 4 octobre cet objectif paraissait atteint.

Les directions de scrutin se sont mises au travail avant que le Premier ministre n’ait dissout la Chambre des communes. « Ils ont établi des contacts avec des organismes, comme la Société de la francophonie manitobaine (SFM) pour les aider à recruter du personnel. Les directions peuvent aussi compter sur des conseillers régionaux en relation médias comme moi pour communiquer au besoin avec les médias. »

Aussi, pour la première fois dans une élection, des agents des relations communautaires en langues officielles devaient être recrutés. Ces agents existaient déjà pour les relations avec les Autochtones, ou encore les communautés juives.

Ghislain Desjardins, conseiller principal en relations médias pour Élections Canada, explique : « Leur rôle est d’établir une relation avec les communautés minoritaires pour connaître leurs besoins et leurs questions. Ils sont des intermédiaires entre les communautés et le directeur de scrutin. » À l’heure où nous publions, le nombre précis d’agent communautaires recruté n’est pas encore confirmé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici