Capture d’écran de l’auteure et interprète Marie-Ève Fontaine dans sa version Facebook live du 10 avril 2020 de la production théâtrale de Le dire de Di, un conte fantastique de la plume du Franco-Ontarien Michel Ouellette. Ce spectacle est fait dans le cadre du programme Canada en prestation du Centre national des arts. photo : Gracieuseté Marie-Ève Fontaine

L’impossibilité actuelle d’avoir un vaste public physiquement présent fait souffrir le monde des arts. À quelle enseigne sont logés les pigistes de la scène qui ont dû recourir à des nouvelles idées pour s’en sortir? Témoignage de Marie-Ève Fontaine.
Par Laëtitia KERMARREC

Ses parents, Jean Fontaine et Natalie Labossière, ont fait connaissance dans une salle d’improvisation théâtrale. De là à en conclure que Marie-Ève Fontaine ne pouvait qu’être attirée par le monde des arts de la scène . . .

Pour consulter le contenu de cet article dans son intégralité, vous devez être abonné*.

Abonnez-vous ou si vous êtes déjà abonné connectez-vous