Par Antoine CANTIN BRAULT

Il s’est produit en 2020 un évènement qui arrive rarement depuis 100 ans : la nature a pu enfin respirer. Son exploitation intensive a été mise sur pause, les routes ont fait place aux bicyclettes, le ciel s’est vidé des avions, la consommation a diminué. Mais cet évènement, somme toute éphémère, n’a pas été le fruit d’un choix réfléchi ou d’une responsabilisation accrue face à nos actions. Il a pu avoir lieu tout simplement parce que nous étouffions.

Littéralement, la COVID-19 étouffe. Ce . . .

Pour consulter le contenu de cet article dans son intégralité, vous devez être abonné*.

Abonnez-vous ou si vous êtes déjà abonné connectez-vous