photo : Marta Guerrero

Vishwa Srinivasan va commencer des études en commerce avec une majeure en économie à l’Université McGill.

Vishwa Srinivasan, élève en 12e année à St. John’s-Ravenscourt, est arrivé 2e au Championnat du monde individuel de débat et d’art oratoire dans la catégorie débat en anglais. (1) Un accomplissement qu’il compte bien consolider par intérêt personnel et comme atout dans une future carrière.

 

Par Ophélie DOIREAU

 

Cest de manière virtuelle que le Championnat mondial a eu lieu en avril, raconte Vishwa Srinivasan. « Normalement ça aurait dû avoir lieu en Corée du Sud. Mais avec la pandémie, on s’est rencontré sur Zoom.

« Il y a quatre catégories dans lesquelles tu es obligé de participer : débat, discours impromptu, discours persuasif et lecture interprétative.

« Sur deux jours, les 120 participants se sont affrontés dans ces catégories pour arriver aux demi-finales et ensuite à la finale dans chaque catégorie. Je me suis qualifié pour le débat et le discours impromptu.

« Dans la finale du débat, j’étais en équipe avec une personne de la Corée du Sud et nos adversaires étaient des personnes de Vancouver et de l’Afrique du Sud. La personne de Vancouver est arrivée première! Le Canada est donc vraiment bien représenté.

« On avait 30 minutes pour préparer nos arguments sur un sujet assez philosophique :

« Au 23e siècle, la Fédération des planètes est capable de développer un synthétiseur de nourriture qui permet aux gens d’obtenir la nourriture de leur choix.

Au 24e siècle, cette technologie évolue vers celle des réplicateurs, qui permet aux utilisateurs de générer tous les produits qu’ils souhaitent dans une société post-pénurie.

Nous préférons l’univers sans la technologie des réplicateurs.

« Je devais débattre contre cette affirmation. C’était vraiment un sujet assez difficile, puisque ce n’est pas quelque chose de concret. Il y a un petit stress qui est présent juste avant de commencer à parler. Mais une fois qu’on commence à débattre, on n’a plus le temps de penser au stress. »

Avant d’arriver au Cham-pionnat mondial, Vishwa Srinivasan a d’abord dû s’affirmer dans son art. « Lors du Championnat national d’art oratoire de l’année dernière, si on se plaçait dans le top six, on avait une place garantie au Championnat mondial. Et je suis arrivé 1er.

« À la suite, on a continué de pratiquer avec l’entraîneur de mon école, John Robinson. D’ailleurs, mon école, St. John’s-Ravenscourt, a un programme reconnu d’art oratoire. On s’entraîne jusqu’à deux fois par semaine.

« En plus de la rétroaction sur nos arguments, notre entraîneur nous aiguille sur la manière de structurer notre pensée pour le débat.

| La politique canadienne

« Si j’adore autant le débat, c’est avant tout parce que la politique canadienne m’intéresse énormément et que le débat fait partie de la politique.

« Et j’aime beaucoup parler, comme les gens de mon entourage le savent très bien (rires). Alors le débat est un bon compromis. J’aime aussi utiliser mon français, mais dans le débat je suis tout de même plus à l’aise de le faire en anglais. »

À l’automne, Vishwa Srinivasan fera sa rentrée à l’Université McGill, où il compte bien continuer à cultiver son art oratoire.

« J’espère pouvoir trouver un club de débat en arrivant. C’est vraiment important que je puisse pratiquer fréquemment.

« Le fait de m’entraîner régulièrement permet de réduire mon stress de parler en public. Et puis j’espère travailler en politique à un moment dans ma vie. Alors mes capacités à débattre seront nécessaires. »

—————————————————————————————–

(1) Le Championnat du monde individuel de débat et d’art oratoire est réservé aux élèves de secondaire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici