Danielle Strurk

 

La cinéaste franco-manitobaine, Danielle Sturk, a été nominée cet été pour le Prix de la Guilde qui récompense sa contribution exceptionnelle à la réalisation d’une série dramatique, pour l’épisode Dernier Round de la série Edgar.

 

Par Laëtitia KERMARREC

 

L’épisode 106 de Edgar nominé pour la 20e édition des Prix de la Guilde est celui que je voulais vraiment réaliser parce que ça raconte l’histoire d’une femme boxeuse. J’aime cette image de femme forte! », s’exclame Danielle Sturk.

De là à se préoccuper de la question féministe, il n’y avait donc qu’un pas.
« J’avais à coeur que ce soit une femme qui réalise cet épisode car, pratique oblige, la boxeuse est un peu dénudée lors des combats. Alors j’ai choisi de tourner de manière à ce que ce soit la force des femmes qui soit exploitée, et non leur aspect physique.
« Je ne dis pas que d’autres réalisateurs ne l’auraient pas fait, mais j’étais heureuse d’avoir le privilège de le faire et que les producteurs de Manito Media, Patrick et Charles Clément, m’aient fait confiance dans ce rôle. »

| Prise de risque

Ce que Danielle Sturk aimait aussi dans cet épisode, c’était l’aspect « sérieux, émotionnel, grungy et excitant avec le crime passionnel commis par la boxeuse jouée par la comédienne et cascadeuse montréalaise, Myriam Côté.

« La boxeuse vit avec son entraîneur qui l’a élevé, joué par l’acteur manitobain, Daouda Dembélé. Mais à cause de problèmes financiers, les créanciers veulent saisir leur studio.
« Quelqu’un lui propose alors de perdre un match en échange du studio. La sportive accepte mais, à la dernière minute, elle décide finalement de ne pas le faire. Le gageur, joué par Charles Clément, lui en veut et c’est pourquoi la boxeuse décide de le tuer. »

D’un point de vue technique, la réalisatrice a également fait des choix délicats qui ont pu faire la différence, souligne-t-elle. « Au niveau visuel, il y a eu des vidéos capturées avec un drone en extérieur. Étant originaire du Manitoba, j’avais l’avantage de bien connaître la ville pour avoir de bonnes prises de vue.

« Dans la dernière scène par exemple, j’ai choisi d’utiliser un jeu de caméra risqué, parce que cette façon de faire ne permet pas de récupérer d’autres prises de vue, si jamais il y a un problème de tournage.

« Mais heureusement l’acteur québécois Éric Robidoux, qui joue l’enquêteur Edgar Aquin, et Myriam Côté ont assuré et le tournage a fonctionné. C’est d’ailleurs aussi ce jeu extraordinaire des acteurs qui a beaucoup contribué à la nomination de l’épisode pour le prix. »
Et pourtant la COVID-19 n’a pas simplifié les choses.
« Avec les restrictions sanitaires ce n’était pas toujours évident d’avoir les scènes espérées. Je pense par exemple à celle des matchs de boxe : on voulait donner l’impression d’un grand public alors qu’on était autorisé à avoir seulement 15 figurants sur place.

« C’est là que l’un de mes précieux collaborateurs, le directeur de la photographie Gabriel Levesque, a travaillé fort pour donner l’impression d’une foule malgré ces contraintes. Sans oublier Daniel Lavoie, mon premier assistant à la réalisation. »

| Francophones de l’Ouest

Pour la réalisatrice, cette nomination est vraiment spéciale. « D’autant que c’est ma première série dramatique, avec un budget aussi important et des équipes aussi grandes. Ça m’apporte énormément de confiance et m’encourage à en faire d’autres.

« Mais il faut aussi comprendre que la réalisation est au service du scénario. C’est un grand travail d’équipe. C’est d’autant plus valorisant pour nous que Edgar est la seule série francophone de l’Ouest nominée. »

Danielle Sturk se dit par ailleurs très heureuse de voir qu’une de ses idoles, Anne Wheeler, fait aussi partie de la liste des nominés dans la même catégorie qu’elle, pour l’épisode Dancing Queens de Firefly Lane.

Le résultat pour le prix sera annoncé en septembre. Une deuxième pour Danielle Sturk puisque son documentaire EL TORO a aussi été nominé l’an passé pour le Prix Allan King qui récompense l’excellence en réalisation de
documentaires. (1)

—————————————————————————————————–
(1) Voir EL TORO continue sa magie dans l’édition de La Liberté du 7 au 13 octobre 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici