Kevin Prada, étudiant au Baccalauréat spécialisé en psychologie à l’Université du Manitoba.

Kevin Prada, 31 ans a toujours été passionné de psychologie, il souhaite précisément devenir psychologue clinicien. Ayant récemment remporté les Présentations sprint de la relève, un évènement organisé lors de la Vitrine des Savoirs qui s’est déroulé le 23 février 2022, Kevin Prada revient sur son rapport à l’autre et à la recherche.

Par : GAUTIER CALON

Kevin Prada, Franco-Manitobain, a toujours eu en lui le désir d’aider l’autre, le comprendre. Dès ses premières années dans la vie professionnelle, il travaille aux côtés de jeunes aux problématiques différentes.

« J’ai toujours eu le cœur d’aider les autres, j’ai toujours eu ça en moi lors de mon travail. J’ai été directeur d’un camp d’été pendant plusieurs années, j’ai beaucoup travaillé avec les jeunes dans le contexte scolaire un peu partout au pays. Ce que je voyais très souvent, c’était un besoin pour ces jeunes de se faire entendre et ça me valorisait de parler avec eux. »

| Mieux se former pour aider les autres

C’est en comprenant qu’il voulait réellement aider ces jeunes que Kevin Prada décide, en 2019, de reprendre ses études.

« Je me suis alors rendu compte qu’il me manquait le bagage, l’expertise pour pouvoir bien cheminer avec ces jeunes. Et c’est à ce moment-là que surgit en moi ce désir de non seulement avoir le coeur de cheminer avec ces gens, mais aussi la tête! Alors c’est là qu’à 29 ans, j’ai réintégré la salle de classe. »

Obtenir son diplôme en psychologie est une étape importante pour Kevin Prada, son désir pour l’avenir étant d’être psychologue clinicien.

« Dès le début, mon objectif était de devenir psychologue clinicien parce que, surtout au Manitoba, on compte les psychologues cliniciens qui parlent français sur les doigts d’une main.

« Partager les questions de cœur, les questions de l’âme dans une langue qui n’est pas la nôtre, ça devient très difficile. Alors pour moi desservir la communauté franco-manitobaine dans leur langue, c’était déjà quelque chose. »

Désireux de réaliser son rêve, Kevin Prada ne désire pas pour autant quitter le processus scolaire de sitôt.

« J’aimerai toujours étudier la santé et le bien être des personnes minorisées. Mais d’abord je veux terminer mon BAC spécialisé en psychologie, il ne m’en reste plus qu’un an! Et l’année prochaine, je souhaiterais réaliser une étude sur l’impact du sentiment d’appartenance des personnes LGBTQ2S à leur communauté. Je veux voir à quel point ces personnes se sentent intégrés, et quel impact cela a sur leur bien-être. »

| Un projet récompensé

Le 23 février 2022, Kevin Prada remporte les Présentations Sprint de la Relève. « L’acfas a lancé pour la deuxième année consécutive ce concours, ouvert à tous les étudiants des 3 cycles universitaires : baccalauréat, maîtrise et doctorat pour présenter leurs recherches. Il y avait 11 participants qui présentaient leurs recherches en six minutes, les participants venaient de plusieurs campus, j’étais le seul du Manitoba! »

Les recherches présentées par Kevin Prada lors de l’évènement s’inscrivaient dans ce désir de comprendre l’autre. « Je suis co-auteur d’une analyse des besoins qu’on a réalisé en juin 2020 auprès des personnes LGBTQ2S+ d’expression française au Manitoba. À la base, c’est le collectif LGBTQ2S+ qui a contacté l’Université de Saint-Boniface pour mener cette étude conjointement.

« On voulait découvrir quelle était cette communauté, qui sont ces gens-là, quels sont leurs besoins et leurs priorités pour l’avenir et aussi quelles sont leurs expériences de discriminations et de stigmatisations. C’est la première étude de ce genre-là dans l’ouest canadien, que ce soit en anglais ou en français. »

L’impact d’une double minorisation consistait en un sujet bien à lui explique Kevin Prada.

« On a voulu comprendre ce que cela faisait d’être une double minorité. Aujourd’hui, la communauté francophone LGBTQ2S+ est une minorité sexuelle et de genre. Mais ses membres sont aussi une minorité linguistique. On voulait savoir ce que ce chevauchement de minorisation entraînait, quel impact le fait d’une double minorité avait sur leur bien-être, sur leur santé. » (1)

| La recherche pour l’avenir

Cette recherche faite, Kevin Prada continue de s’intéresser aux jeunes.

Aujourd’hui, Kevin Prada fait partie d’un programme de recherche nommé Vers la réussite, qui étudie les besoins en bien-être d’étudiants de différents contextes linguistiques.

« Pour cette étude, on inclut trois campus en Saskatchewan, Manitoba et Ontario. Avec les données récoltées, on a pu mettre en place un programme d’aide aux étudiants en situation de minorité.

« Pendant deux ans, on a une « navigatrice », qui va prendre en charge les étudiants en 1ère et en 2e année qui pourraient être à risque et les naviguer vers les outils et les ressources dont ils ont besoin. C’est fait sur mesure selon l’étudiant. Maintenant on veut voir sur le long terme si ce programme a bel et bien un effet positif sur le bien être des étudiants ».

Désireux de mettre ce programme en place pour le plus d’étudiants possible, Kevin Prada s’est appuyé sur d’importants échantillons.

« On a fait deux sondages de dépistage au début, avec plus de 900 étudiants que l’on a questionné. Maintenant, on a une quarantaine d’étudiants qui suivent le programme. Pour les petites populations que l’on a, ce sont des échantillons importants. »

Avec la situation sanitaire, Kevin Prada considère qu’il est d’autant plus important de porter assistance aux personnes les plus discriminées.

« La COVID-19 a affecté tout le monde. Mais pas de façon égale, et on remarque que les populations qui étaient à risque de discriminations le sont encore plus aujourd’hui, notamment les minorités raciales, les personnes LGBTQ2S+, les personnes sans domicile fixe, celles qui souffrent d’insécurité alimentaire et d’autres encore. Imaginez être un étudiant international par -30˚ de Winnipeg, sans famille, isolé chez soi, ce n’est vraiment pas facile. Ce service pourrait donc être une aide à ce genre de situation. »

—————————————————————————————————————————

(1) Voir l’article Un levier nécessaire pour faire évoluer la société dans l’édition de La Liberté du 23 au 29 juin 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici