Sophie Gaulin, directrice et rédactrice en chef de La Liberté.

En 1972 naissait Bicolo, ce fameux personnage qui apparaissait dans les pages de La Liberté pour faire jouer et réfléchir les jeunes francophones du Manitoba; et que Réal Bérard convie épisodiquement aux côtés du joual Cayouche. 50 ans après, le 29 mars 2022, Cécile Mulaire, la maman du petit à la coiffe pointue, nous a quittés.

Cécile Mulaire puisait sa force d’engagement dans une foi nourrie par l’esprit de gratitude. Un esprit qu’elle a tout au long de sa vie inculqué à Madeleine, Rachel, Raymond, Lise, Mariette, Micheline et Alain, ses sept autres enfants.

La gratitude, aujourd’hui, c’est à nous, la communauté de lecteurs, lectrices et employé.e.s de La Liberté, de l’exprimer à Cécile Mulaire. Avec ses Bicolettes, comme elle appelait affectueusement ses collaboratrices bénévoles, elle aura durant deux décennies été l’âme dirigeante qui a fait vivre ce personnage si attachant afin que les milliers de jeunes membres du Club Bicolo puissent rêver et jouer en français.

Ainsi La Liberté était devenue l’incontournable rendez-vous hebdomadaire des jeunes (et des moins jeunes…), comme l’évoque avec tant de reconnaissance et de tendresse Nicole Forest-Lavergne et son époux Raymond dans leur témoignage en page 4 de cette édition.

Pour bien prendre conscience du tour de force réalisé par Cécile Mulaire, il suffit de souligner que son engagement exemplaire et la qualité de son travail ont permis de réunir plus de membres que n’importe quel organisme de la francophonie manitobaine. La preuve : en 1991, au moment où elle a confié à d’autres les destinées de Bicolo, le Club Bicolo comptait 10 500 membres, comme le rappelle Bernard Bocquel dans son hommage à Cécile Mulaire en pages 9, 10 et 11.

Plus largement, Cécile et René Mulaire étaient connus pour leur dévouement à Saint-Pierre-Jolys en particulier et au Manitoba français en général.

C’est cette force d’engagement et cette détermination mises au service du développement de la francophonie du Manitoba qui ont valu à Cécile Mulaire plusieurs reconnaissances : un des tout premiers Prix Riel en 1983, le Prix du Premier Ministre du Manitoba pour service bénévole en 1990, le Prix Réseau la même année, l’Ordre des francophones d’Amérique en 1992; et en 2012 la médaille du Jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II.

Pour Cécile Mulaire, recevoir ces honneurs qu’elle ne convoitait pas la gênait même un peu. Alors que je l’avais invitée à dîner à l’occasion du 100e de La Liberté en 2013 pour lui dire personnellement ma profonde reconnaissance, elle a penché la tête et m’a glissé, avec cette humilité qui lui était si naturelle : « Ben voyons, Sophie! J’ai pas fait ça toute seule! ».

Alors, pour rendre respectueusement hommage à notre chère Cécile, je me dois d’ex-primer aussi ma gratitude à ses Bicolettes. Au nom de générations de petits amis et petites amies de Bicolo, je remercie Monique Forgues, Rose-Marie Beaudry, Nicole Bournival, Paulette Gosselin, Carmelle Audette, Yolande Fisette-Bouchard, Enna Gobeil, Diane Saive, Laurence Bérard, Estelle Saint-Hilaire, Nicole Gagné, Francine Mulaire, Rosalie Magne et Catherine Gaumond- Gravel.

Le ciel manitobain vient d’accueillir une de nos étoiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici