« Brûle-moi pends-moi autant que tu le voudras autant que l’histoire se répètera je reviendrai au centuple ». Voici les mots puissants évoqués par Natasha Kanapé Fontaine dans son recueil de poésie Bleuets et abricots. Des vers poignardant, qui nous font réaliser à quel point l’Île de la Tortue baigne dans la colonisation. Dans ce monde où l’aube de la décolonisation arrive, il est de la plus haute importance de prêter son cœur à la poésie de cette autrice.

Bien que Natasha Kanapé Fontaine discute de propos portant sur notre société postcoloniale, les sujets environnementalistes qu’elle aborde sont tout aussi primordiaux. Quand nous y pensons bien, la colonisation joue bel et bien un rôle dans la santé de notre Terre mère qui se détériore. Les grandes compagnies polluantes érigées sur les régions sacrées de l’Île de la Tortue ainsi que les pipelines que notre gouvernement a l’intention de placer dans les cimetières appartenant aux peuples autochtones, en sont des exemples[1].

Cette poétesse discutant de multiples sujets explorant le colonialisme, analyse entre autres de la beauté intérieure et extérieure des femmes autochtones. Ces êtres qui ont subi maintes formes de discrimination et de sexualisation. Ces femmes qui sont si souvent représentées dans notre culture populaire en tant qu’objets sexualisés comme il est évident de constater par les costumes de femmes autochtones vendus pour l’Halloween. Ce que notre société omet de divulguer c’est le fait que les femmes autochtones (ainsi que toutes les femmes de couleurs) font preuve d’une extrême résilience, d’une sensibilité incomparable et d’un amour inconditionnel. Ce sont tous des aspects discuter dans le recueil Bleuets et abricots.

Dans ces temps mouvementés par les manifestations au nom des tombes d’enfants autochtones retrouvés près des écoles résidentielles, il est de mon devoir de porter votre attention sur ce magnifique récit discutant d’enjeux considérables. Il est essentiel de constater le pourquoi de ces manifestations et de ces renversements et déboulements de statues. Nous n’effaçons pas l’histoire, nous éliminons seulement le brouillard qui fut placé sur le passé et le présent de notre soi-disant pays. Nous éclaircissons le récit que l’histoire colonial nous a tenté de nous faire gober pour tant d’années. Natasha Kanapé Fontaine a le pouvoir d’ouvrir nos yeux à maintes problématiques qui sont de la plus haute importance dans notre ère portée par le vouloir de changement.

—–

[1] Matte-Bergeron, Timothé. « Des chefs héréditaires wet’suwet’en réclament la suspension de Coastal GasLink en cour ». Radio-Canada. CBC-Radio-Canada, 2 octobre 2020, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1738098/wetsuweten-revision-judiciaire-permis-environnement-pipeline-coastal-gaslink , 29 juillet 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici