Raymond Clément.

On est tous conscients de l’importance du transport dans nos vies quotidiennes. Entre autres exemples : allez au boulot, faire des courses à l’épicerie et conduire les jeunes à leurs activités.

Par Raymond CLÉMENT

Au Canada entre 1990 et 2019, un changement important s’est produit dans le domaine du transport. La consommation d’énergie de la voiture a diminué, tandis que la consommation d’énergie de la camionnette a augmenté.

Les voitures canadiennes dans le détail

Le kilométrage du stock de voitures canadiennes est passé de 308 490 millions kilomètres en 1990 à 285 679 millions kilomètres en 2019, soit une baisse de 7 %.

La consommation d’énergie au kilomètre voyagé par unité de passager est appelée intensité énergétique. Ce rapport est passé de 2,3 en 1990 à 1,7 en 2019, soit une baisse de 24 %.

En sachant que les grandeurs importantes en énergie se mesurent en pétajoules, la consommation d’énergie du secteur de la voiture est passée au Canada de 705 pétajoules en 1990 à 496 pétajoules en 2019, soit une baisse de 30 %.

Pour bien comprendre cette diminution de 30 % il faut examiner trois données supplémentaires. Le stock de voitures est passé de 11,1 millions en 1990 à 12,2 millions en 2019, soit une augmentation de 10 %. La moyenne par voiture voyagée est passée de 17 903 kilomètres à 14 730 kilomètres en 2019, soit une baisse de 18 %. La consommation en litre/100 kilomètres est passée de 10,1 litres en 1990 à 7,9 litres en 2019, soit une baisse de 30 %.

Écologiquement parlant, les émissions de CO2 dues aux voitures sont passées de 49 mégatonnes en 1990 à 33 mégatonnes en 2019, soit une baisse de 30 %.

Les camionnettes canadiennes dans le détail

La consommation d’essence est passée de 215 pétajoules en 1990 à 619 pétajoules en 2019, soit une augmentation de 187 %. Le kilométrage voyagé est passé de 74 426 millions de kilomètres en 1990 à 289 811 millions de kilomètres en 2019, soit une augmentation de 289 %. L’intensité énergétique est passée de 2,9 en 1990 à 2,1 en 2019, soit une baisse de 26 %.

Le stock de camions est passé de 2,7 millions en 1990 à 10,6 millions en 2019, soit une augmentation de 289 %. La moyenne par camionnette voyagée est passée de 17 383 kilo- mètres par an en 1990 à 15 897 kilomètres par an en 2019, soit une baisse de 8 %. La consommation en litre/100 kilomètres est passée de 13 litres en 1990 à 10 litres en 2019, soit une baisse de 19 %.

Écologiquement parlant, les émissions de CO2 des camionnettes sont passées de 15 mégatonnes en 1990 à 42 mégatonnes en 2019, soit une augmentation de 178 %.

Voitures et camionnettes prises ensemble

Pour l’ensemble du transport de passagers, la consommation d’énergie est passée de 921 pétajoules en 1990 à 1 115 pétajoules en 2019, soit une augmentation de 21 %.

Écologiquement parlant, les émissions de CO2 sont passées de 64 mégatonnes en 1990 à 75 mégatonnes en 2019, soit une augmentation de 18 %.

Conclusion : les perspectives d’avenir

Des améliorations se sont produites dans le domaine du transport au Canada. Mais du fait de l’urgence de s’attaquer aux changements climatiques, il ne faut surtout pas s’arrêter en si bon chemin.

Puisque notre pays possède d’énormes capacités de produire de l’hydroélectricité, le temps paraît venu d’électrifier davantage le secteur du transport.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici