Carolyn Townend, responsable de la communication du site. (photo : Marta Guerrero)

Le centre environnemental FortWhyte Alive s’est mis à l’heure d’été depuis le mois de juin. Activités, randonnées et protections de la faune sauvage, Carolyn Townend, responsable de la communication du site, en dit plus sur cet été dans les Prairies.

Par Matthieu CAZALETS – Collaboration spéciale

Au milieu du 20e siècle, la zone qui est aujourd’hui le centre environnemental FortWhyte Alive, au sud-ouest de Winnipeg, n’était qu’une ancienne carrière désaffectée. Quelques décennies plus tard, l’endroit a complètement changé, pour la plus grande fierté de Carolyn Townend : « En 50 ans, cet endroit a été complètement changé. D’un terrain vague où personne n’irait jamais, il est devenu un magnifique environnement, ce qui est incroyable. Évidemment, un de nos buts est de protéger cet espace le plus possible, et aussi toute la vie sauvage qui s’y trouve. »  

Aujourd’hui, FortWhyte Alive accueille 125 000 visiteurs par an et possède une communauté de plus de 8 000 membres.

Quand on lui demande de décrire sa vision du lieu dans lequel elle travaille, la responsable communication du site appuie sur la vérité des paysages qu’offre cet endroit unique : « On a 660 acres, récupérés dans la ville. Cet endroit réunit des forêts, des lacs, des zones humides jusqu’à une prairie de bisons. C’est un endroit pour explorer et se connecter à la nature et avoir un temps relaxant. On est en quelque sorte dans la ville, mais on est dans cette nature où l’on est capable sans aller trop loin de voyager et de se sentir transporté dans un endroit différent. »

Chaque été, le centre propose aux visiteurs des activités variées, pour correspondre à toutes les envies : « On a des tonnes de choses sur le calendrier et il y a toujours de nouvelles choses chaque fois que vous venez. On offre par exemple une série de location. Vous pouvez louer des activités extérieures, que ce soit pour pêcher, ou faire du canoë, juste différentes façons d’améliorer votre expérience en plein air. » L’organisme organise dans le même temps des visites guidées pour en apprendre plus sur les lieux tout en se baladant à l’air libre : « On donne des indices pour voir des choses dans la nature que vous n’auriez pas forcément observé si vous marchiez seuls. »

Et bien au-delà du divertissement, deux piliers principaux structurent le projet de FortWhyte Alive. Au cœur de l’action des équipes se trouvent la protection et l’éducation à l’environnement. Les deux sont liés, et n’empêchent pas une visite amusante. Au contraire, ils permettent, pour Carolyn Townend d’allier tous les aspects : « On demande aux clients, s’ils font une balade, qu’ils ramènent tout ce qu’ils ont utilisé. Ce qui est un principe fondamental pour minimiser l’impact sur l’environnement et on n’autorise pas les animaux, pour protéger la faune sauvage que nous avons. Nous avons des tonnes d’oiseaux migrateurs, beaucoup de lapins et de créatures, dont on veut voir l’espace maintenu plus que tout.

« Tout ce que l’on fait, c’est avec le but d’aider les gens à explorer, à apprendre et à se connecter à la nature. Que vous veniez pour un voyage en canoë, ou juste une activité récréative, il y a toujours quelque chose ici qui peut aider à mieux comprendre notre environnement et à l’apprécier. Et on ressent vraiment que la clé pour protéger l’environnement, c’est explorer, apprendre et se connecter. »

L’occasion pour elle de glisser un mot de la fin, et appeler chaque visiteur à venir se détendre à FortWhyte Alive : « Je dirai qu’être dehors fait se sentir bien. La vie est stressante, surtout ces deux dernières années. Juste dix minutes à l’extérieur sont une merveille absolue pour la santé mentale et la santé physique aussi. Être capable d’être un espace où les gens peuvent venir pour se connecter, voir des amis et la famille qu’ils n’ont pas vus depuis longtemps est quelque chose de spécial. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici