Nahanni Fontaine. (photo : Marta Guerrero)

Par Dave Baxter, journaliste pour l’initiative de journalisme local – Winnipeg Sun

 

L’Assemblée des chefs du Manitoba (ACM) et une députée provinciale du Manitoba expriment leur déception et leur frustration à l’égard de la province maintenant qu’il a été confirmé que le 30 septembre ne sera pas un jour férié au Manitoba cette année.

« Le gouvernement provincial a eu amplement le temps de traiter et d’approuver ce jour férié », a déclaré le grand chef adjoint de l’AMC, Cornell McLean, dans une déclaration en réponse à l’annonce faite le mois dernier par la province selon laquelle le 30 septembre, qui est la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation au Canada, ne sera pas observé dans la province comme un jour férié cette année.

La province a déclaré qu’elle envisageait de faire du 30 septembre, également appelé Journée du maillot orange, un jour férié au Manitoba, mais qu’il était trop tard pour que ces changements entrent en vigueur cette année.

« Il serait très irrespectueux de la part de tout le monde d’introduire quelque chose à ce stade-ci », a déclaré le ministre du Travail, Reg Helwer, le 31 août.

« Nous avions une législation sur laquelle nous travaillions, et nous avons procédé à des consultations avec les syndicats et le patronat, et à des consultations continues avec les Premières Nations et d’autres groupes, et cela m’a fait comprendre que nous avions besoin de beaucoup plus de conseils de la part de nombreuses personnes sur la façon dont cela devrait fonctionner. »

Reg Helwer a ajouté : « Il serait très inconfortable pour les entreprises de leur imposer cela. »

La Journée du chandail orange a été créée à l’origine pour honorer les expériences de Phyllis Webstad, dont les vêtements personnels, y compris une chemise orange toute neuve achetée pour elle par sa grand-mère, lui ont été enlevés le premier jour où elle a fréquenté un pensionnat, alors qu’elle n’avait que six ans.

Cette chemise orange symbolise aujourd’hui l’assimilation forcée de générations d’enfants autochtones dans l’ancien système de pensionnats du Canada.

L’année dernière, le gouvernement fédéral a annoncé que cette journée serait reconnue comme un jour férié fédéral au Canada et a proposé aux provinces et aux territoires d’en faire autant, mais jusqu’à présent, seuls les Territoires du Nord-Ouest ont emboîté le pas.

Selon M. McLean, la province du Manitoba aurait dû trouver un moyen de faire du 30 septembre un jour férié cette année.

« Le fait d’avoir un jour férié signifierait que les Premières nations pourraient prendre le temps de se réunir en cérémonie avec leurs amis et leur famille sans avoir à sacrifier leur revenu », a déclaré M. McLean.

La députée néo-démocrate Nahanni Fontaine s’en est pris au ministre du Travail pour ses commentaires selon lesquels le jour férié ne pourrait pas avoir lieu cette année parce que cela mettrait certains membres du milieu des affaires « mal à l’aise ».

« Quelque chose me dit que ce ne sont pas les entreprises qui sont mal à l’aise, mais plutôt vous et votre gouvernement PC qui le sont », a écrit Mme Fontaine dans un tweet du 1er septembre. « Tant pis pour la réconciliation ».

Nahanni Fontaine a également affirmé qu’une loi pourrait être mise en place cette année pour faire du 30 septembre un jour férié avant la fin du mois.

« Cela peut être fait dès la reprise de la session, le mercredi 28 septembre 2022 », a déclaré Mme. Fontaine.

Dans une déclaration envoyée par courriel, un porte-parole de la ministre du Travail a déclaré que le moment n’était pas propice pour que le 30 septembre devienne un jour férié avant la fin du mois, en raison de la « complexité » de ces changements au niveau provincial.

« Malheureusement, l’établissement de jours de congé statutaires au niveau provincial est beaucoup plus complexe et a plus d’impact que leur établissement pour les employés fédéraux et les industries sous réglementation fédérale », peut-on lire dans le courriel.

« Les jours réglementés au niveau provincial couvrent plus de 95 % des entreprises et des travailleurs, alors que les travailleurs fédéraux et les industries sous tutelle fédérale représentent moins de 5 %. »

Le porte-parole a déclaré que la province continuera à travailler pour que la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation devienne un jour férié au Manitoba.

« Le gouvernement du Manitoba est d’accord avec l’Assemblée des chefs du Manitoba pour dire que l’établissement d’un jour férié pour reconnaître et réfléchir à l’héritage des pensionnats est une partie importante des efforts de réconciliation », peut-on lire dans le courriel.

« Nous avons consulté et continuerons de consulter les dirigeants autochtones, les groupes syndicaux et les entreprises sur la voie à suivre, bien que nous ayons besoin de plus de conseils de la part de nombreuses personnes sur ce à quoi cela devrait ressembler et comment y parvenir.

« Il est important que nous continuions à obtenir leurs conseils afin que nous puissions faire les choses correctement. »

– Avec des informations de la Presse Canadienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici