Par Michel LAGACÉ

Le Parti conservateur est dorénavant le parti de Pierre Poilievre. Il reste à voir où va mener la nouvelle dynamique du parti composé aujourd’hui de
678 708 membres alors qu’il n’y en avait que
169 705 au 31 décembre l’an dernier. Car les quelque 509 000 nouveaux membres constituent donc la très grande majorité de cette formation politique.

Cette nouvelle majorité a réagi favorablement aux messages que Pierre Poilievre a martelés tout au long de sa campagne : abolir les mandats de vaccination, annuler la taxe sur le carbone et redonner le « contrôle de leur vie » aux Canadiens. Il reste à voir si ces positions reflètent les valeurs et les aspirations d’une large majorité de Canadiens.

Pierre Poilievre aspire maintenant à devenir le prochain Premier ministre du Canada, mais il faut bien admettre que sa vision de l’avenir du pays demeure incertaine. Il critique les dépenses du gouvernement fédéral, et pourtant il ne s’est pas opposé aux énormes sommes qui ont été dépensées pour appuyer les individus et les entreprises qui perdaient leurs emplois et leurs marchés à cause de la pandémie.

Serait-il vraiment un champion de la responsabilité fiscale? Regardons de plus près sa feuille de route. Lorsqu’il était ministre de l’Emploi et du Développement social, il s’était présenté comme le père Noël le 19 juillet 2015 lorsqu’il a annoncé que le lendemain serait « Noël en juillet », puisque la prestation pour la garde d’enfants serait généreusement augmentée.

Membre d’un parti qui se dit fortement en faveur de la loi et de l’ordre, il a pourtant appuyé très publiquement les camionneurs qui ont illégalement occupé le centre-ville d’Ottawa et plusieurs passages frontaliers l’hiver dernier. Il souhaite que chaque citoyen puisse décider de se vacciner ou non, sans expliquer pourquoi quelqu’un aurait le droit de risquer de transmettre un virus dangereux. Il promet de congédier le gouverneur de la Banque du Canada s’il devient Premier ministre, même si aucune loi ne lui donne ce pouvoir.

Côté environnemental, les propos de Pierre Poilievre vont à l’encontre d’une préoccupation des Canadiens : il veut éliminer la taxe sur le carbone, abroger la législation fédérale sur l’évaluation environnementale et encourager l’exploitation des ressources pétrolières du pays.

Pierre Poilievre affronte maintenant un gouvernement qui est au pouvoir depuis 2015 et dont bon nombre de Canadiens semblent avoir marre. Après sept ans au pouvoir, les libéraux de Justin Trudeau paraissent à court d’idées sur l’orientation future du pays.

Pour la plupart des Canadiens, cependant, il ne suffit pas que le Parti conservateur se réduise à un simple front commun de personnes qui se sentent lésées. Au-delà de quelques slogans, il va lui falloir expliquer clairement quelle idée il se fait du Canada. Il lui faudra démontrer dans ses choix qu’il reflète des valeurs susceptibles de rejoindre une majorité de Canadiens.

Et ce sont ces valeurs que Pierre Poilievre devra défendre s’il veut espérer devenir le Premier ministre aux prochaines élections.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici